Jana Sterbak. Penser tout haut

Commissaire : Louise Déry

Artiste : Jana Sterbak

Galerie à l'École, Saint-Jean-Port-Joli

13 juillet 2002 - 10 août 2002

La Galerie de l’UQAM présente l’exposition Jana Sterbak. Penser tout haut, à St-Jean-Port-Joli, dans le cadre d’un partenariat amical avec L’ÉCOLE et le centre EST-NORD-EST et avec l’appui du ministère de la Culture et des Communications du Québec. L’exposition, qui a lieu à L’École située au 333 avenue de Gaspé Ouest, est accompagnée d’un catalogue dont Louise Déry, directrice de la Galerie de l’UQAM et commissaire de l’exposition, est l’auteure.

L’exposition rassemble une quarantaine d’œuvres sur papier pour la plupart inédites, ainsi que trois œuvres tridimensionnelles choisies pour le caractère linéaire et graphique de leurs formes et de leurs matériaux. Elles montrent bien comment Jana Sterbak s’adonne à une pratique intellectuelle non pas du dessin mais par le dessin. Il s’agit d’un angle d’approche nouveau et une première dans la compréhension de l’œuvre de l’artiste.

C’est la Galerie de l’UQAM qui, en raison de son mandat de recherche universitaire, est à l’origine de la réalisation et de la circulation de Jana Sterbak. Penser tout haut. D’abord présentée en Chine en 2000, à la Galerie de l’UQAM à Montréal et à L’œuvre de l’autre à Chicoutimi en 2001 et au Museo Laboratorio de l’Université La Sapienza à Rome au printemps 2002, l’exposition s’arrête à St-Jean-Port-Joli. Pour l’artiste, il s’agit de signifier, dans une région qui fut traditionnellement marquée par une intense activité artisanale, son intérêt pour l’univers des arts populaires et de l’expression libre de tout dogme. La circulation se poursuivra ensuite au Emily Carr College of Art à Vancouver et au Museo d’Arte Moderna à Bologne.

Jana Sterbak, née à Prague en 1955, vit à Montréal et à Barcelone. Ses œuvres, exposées depuis 1978 aussi bien sur la scène nationale que partout à l’étranger, sont empreintes d’une vision artistique pénétrante. Axées sur le corps, ou sur divers objets qui sont créés et utilisés comme métaphores du corps, elles expriment certaines formes de la vie psychique qui vont au-delà de la raison, proposant un regard souvent surréaliste, voire humoristique, sur la vie.