Gilberto Esparza
Fitonucleum electrocellarii

2015

Deux radiographies numériques insérées dans des boites lumineuses
90 x 50 cm et 60 x 50 cm
2018.1.1-2
Don de l’artiste

Les recherches de Gilberto Esparza emploient différentes méthodes et techniques empruntées aux sciences naturelles et aux nouvelles technologies afin d’offrir une réflexion critique sur l’impact écologique de l’activité humaine. L’œuvre Fitonucleum electrocellarii est constituée de deux radiographies représentant respectivement un des modules périphériques et le noyau central de l’œuvre Plantas autofotosintéticas. Cette installation évolutive débutée par l’artiste en 2013 gravite autour d’une sculpture bioélectrique constituée de douze modules périphériques reliés à un noyau central par des câbles électriques. Chacun de ces douze modules contient de l’eau usée collectée à un lieu différent. L’électricité produite par les piles à partir de la combustion des bactéries présentes dans les eaux usées alimente de multiples sources lumineuses et sonores. Les premières permettent la photosynthèse des plantes présentes dans l’installation tandis que les secondes traduisent le processus biochimique de combustion des bactéries en une ambiance sonore qui meuble l’espace de l’installation. Une eau plus polluée générera davantage d’électricité et donc, davantage de son et de lumière. L’eau, une fois nettoyée de ses impuretés, est acheminée vers le noyau central où elle constitue un environnement propice pour les animaux et plantes aquatiques qui s’y trouvent.

Exposition liée