Jana Sterbak. Penser tout haut

Commissaire : Louise Déry

Artiste : Jana Sterbak

Le Loft et la Galerie Alvin Hamilton de l’Ambassade du Canada à Beijing

13 octobre 2000 - 28 novembre 2000

L’UQAM contribuera de façon notable, par l’intermédiaire de sa Galerie d’art, à la célébration de 30 ans de relations entre la Chine et le Canada, dont les activités débutent à Beijing le 13 octobre prochain.

En effet, la Galerie de l’UQAM a été invitée à ouvrir le programme culturel relié à cet événement, en présentant à Beijing une exposition, produite par la Galerie, intitulée Jana Sterbak : Dessins. Les œuvres seront exposées dans un espace d’art contemporain très convoité, Le Loft, ainsi qu’à la Galerie Alvin Hamilton de l’Ambassade du Canada à Beijing. Louise Déry, directrice de la Galerie de l’UQAM, en est la commissaire. Il est à noter que cette exposition réunit un corpus de dessins réalisés depuis 1977, dont la plupart seront exposés pour la première fois. Une version élargie de l’exposition ouvrira à Montréal, à la Galerie de l’UQAM, le 9 mai 2001.

Une exposition de dessins inédits

D’entrée de jeu, la pulsion du dessin, chez une artiste aussi singulière que Jana Sterbak, en est une d’investigation. Le mobile de son travail semble en effet résider dans le fait que l’oeuvre déporte l’objet de réflexion vers un parti pris qui concerne la constitution du savoir. Nombreux sont ceux qui — auteurs, commissaires, critiques — ont relevé le lien étroit existant, chez elle, entre la science et l’art, entre la recherche de connaissances par la science et par l’art. Il n’en va pas autrement dans ses dessins, car Jana Sterbak s’adonne à une pratique intellectuelle non pas du dessin mais par le dessin. Cette attitude signale son désir de rendre parfois concrets les chemins de sa pensée. La présente exposition constitue une première dans la compréhension de l’oeuvre de l’artiste.

L’artiste

Jana Sterbak est née à Prague en 1955. Elle vit à Montréal et à Barcelone en Espagne. Ses œuvres, exposées depuis 1978 aussi bien sur la scène nationale que partout à l’étranger, sont empreintes d’une vision artistique pénétrante. Axées sur le corps, ou sur divers objets qui sont créés et utilisés comme métaphores du corps, elles expriment certaines formes de la vie psychique qui vont au-delà de la raison, proposant un regard souvent surréaliste, voire humoristique, sur la vie. Jana Sterbak a présenté son travail lors de plusieurs expositions individuelles: au Museum of Contemporary Art de Chicago en 1998, au Musée d’art moderne de Saint-Étienne en France, à la Fundacio Antoni Tapies à Barcelone et à la Serpentine Gallery en 1995 et 1996, au Museum of Modern Art de New York en 1993 et au Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa en 1991, pour ne citer que ces quelques exemples. En 2001, elle présentera un corpus de dessins inédits à la Galerie de l’UQAM à Montréal et une sélection de plusieurs œuvres à la Konsthal de Malmô, en Suède.