Douglas Gordon. Faire le mort. En temps réel

Commissaire : Marie Fraser

Artiste : Douglas Gordon

7 septembre 2007 - 6 octobre 2007

Vernissage : 7 septembre 2007, 17 h 30

La Galerie de l’UQAM inaugure, le vendredi 7 septembre prochain à 17 h 30, la première exposition solo à Montréal consacrée à Douglas Gordon, un artiste écossais très en vue sur la scène internationale. L’exposition s’inscrit dans la programmation du Mois de la Photo à Montréal et la présentation de l’œuvre Faire le mort. En temps réel est organisée et mise en tournée par le Musée des beaux-arts du Canada. Le commissariat de la 10e édition du Mois de la Photo à Montréal est assuré par Marie Fraser sur le thème Explorations narratives.

L’exposition

L’exposition regroupe deux œuvres majeures, réalisées en 1995 et en 2003, dans lesquelles la narrativité est déterminée par la durée du temps réel. Avec Faire le mort. En temps réel, Douglas Gordon explore l’absence d’organisation narrative en présentant l’action d’une scène dans sa propre temporalité. Minnie, une éléphante indienne âgée de 4 ans, obéit aux ordres de son cornac pour faire différents tours comme rester immobile, avancer, reculer, se lever, mendier et faire le mort. Filmés dans l’environnement immaculé de la Gagosian Gallery de New York, les tours de Minnie sont projetés sur deux écrans de la taille d’un éléphant et sur un moniteur posé au sol dans un silence absolu.

Douglas Gordon reprend l’exploration d’absence narrative avec l’œuvre 5 Year Drive-By, projection au ralenti du western culte réalisé par John Ford The Searchers. Le film de 113 minutes est projeté pour que le temps du récit corresponde à sa durée réelle, soit cinq ans. L’image est presque fixe et la narrativité du film disparaît dans cette inaction. Le mouvement cinématographique se trouve ainsi ramené à l’immobilité de la photographie.

L’artiste

Douglas Gordon est né en 1966 à Glasgow au Royaume-Uni. Il vit et travaille à New York ainsi qu’à Glasgow. Depuis les années 1990, les intérêts de Douglas Gordon se portent principalement vers la mémoire collective et la culture populaire. Il déconstruit les récits de classiques hollywoodiens en transformant leurs paramètres de projection à l’aide d’installation vidéo. Cette technique dissout la narration, ce qui permet une expérience de réception semblable à celle de la photographie.

Douglas Gordon est lauréat de plusieurs prestigieux prix du domaine des arts contemporains comme le Hugo Boss Prize du Guggenheim Museum (1998), le Premio 2000 de la Biennale de Venise (1997) et le Tate’s Turner Prize (1996). Il est représenté, entre autres, par la Gagosian Gallery de New York et la Galerie Yvon Lambert de Paris. On retrouve certaines de ses œuvres dans les collections de grands musées internationaux tels que la Tate Modern (Londres), le Museum of Modern Art (New York), le Hirshhorn Museum and Sculpture Garden (Washington D.C.) et le British Art Council Collection. Depuis quelques années, des expositions rétrospectives d’envergure lui sont consacrées comme celle du Kunstmuseum Wolfsburg en Allemagne (2007) et celle du Museum of Modern Art de New York (2006). Récemment, le film Zidane, un portrait du 21e siècle (2006), qu’il a réalisé avec Philippe Parreno, a été présenté à Montréal par la DHC / ART Fondation pour l’art contemporain.

Le Mois de la Photo à Montréal

Le Mois de la Photo à Montréal est un événement biannuel portant sur la photographie contemporaine. En 2007, sa 10e édition se tiendra du 6 septembre au 21 octobre. L’événement met au programme une trentaine d’expositions solos situées dans divers lieux du Grand Montréal. Les artistes exposés, du Canada, des États-Unis, du Mexique, de l’Amérique du sud, de l’Europe et de l’Asie, feront découvrir les différents jeux de la narrativité ainsi qu’une remise en question des mécanismes du récit. moisdelaphoto.com

Les activités publiques gratuites

Visites commentées et ateliers de réflexion sur la pratique de Douglas Gordon