Marie-Claude Gendron. Nos terres louables

Finissante de la maitrise en arts visuels et médiatiques, UQAM

Artiste : Marie-Claude Gendron

26 mai 2016 - 30 mai 2016

La Galerie de l’UQAM présente Nos terres louables de Marie-Claude Gendron, finissante à la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM. Pendant cinq jours, l’artiste investira le belvédère surplombant le chantier de la mine à ciel ouvert située à Malartic, en Abitibi-Témiscamingue. Son intervention performative consistera à rester immobile sur un socle, face à une caméra vidéo qui diffusera son image en temps réel, avec la mine en arrière-scène. Par sa présence stationnaire et en continu sur le site, Marie-Claude Gendron souhaite mettre en évidence la mobilisation des mouvements de résistance citoyens par opposition à l’immobilisme ambiant. Les visiteurs découvriront cet « acte d’immobilité », qui fait suite à une série d’interventions du même genre amorcée en 2013, puisqu’il sera transmis en simultané à la Galerie de l’UQAM, du 26 au 30 mai.

Les sujets soulevés par le projet seront questionnés par l’essayiste Alain Deneault, l’artiste Michelle Lacombe, l’auteur Alexis Desgagnés, le collectif d’art action AOOS et la militante Dominique Bernier, lors d’un événement multidisciplinaire présenté le 5 juin 2016, en collaboration avec le OFFTA – festival d’arts vivants.

Nos terres louables

L’inertie dominante face aux décisions de nos dirigeants entraîne des conséquences dont le territoire porte des marques indélébiles. Ici, le corps individuel de l’artiste se fait porteur d’une agression passive de longue durée. Par cette intervention transmise en téléprésence, Nos terres louables explore les notions duelles d’immobilité et d’immobilisme, de l’individu et de la collectivité, du poétique et du micropolitique.

Marie-Claude Gendron s’intéresse au comportement social en tant qu’espace de transgression de codes aux délimitations fluctuantes. Ses interventions performatives répondent à un besoin de questionner les apparentes vérités collectives et les règles tacites qui nous régissent. Avec Nos terres louables, elle poursuit ses recherches sur la simultanéité de l’absence et de la présence dans l’acte performatif.

Le 5 juin, dans le cadre du OFFTA, un événement multidisciplinaire réunira des artistes, des auteur.e.s, des militant.e.s et des performeur.e.s, intéressé.e.s par les enjeux socio-économiques de l’industrie minière, ainsi que par l’allégorie poétique et politique de la figure du résistant.

Invité.e.s : Alain Deneault, auteur; Alexis Desgagnés, auteur; Collectif d’art action AOOS, association d’ouvriers et d’ouvrières du sensible; Dominique Bernier, co-porte-parole de la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine; Michelle Lacombe, artiste

À propos de l’artiste

Née à Québec, Marie-Claude Gendron développe une pratique interdisciplinaire en performance, vidéo, installation et interventions in socius. En plus de s’impliquer dans l’organisation d’événements performatifs autogérés, elle a participé à plusieurs résidences, expositions et événements au Québec, au Brésil, au  Mexique, en France, en Italie, en Irlande du Nord, en Suisse et en Thaïlande. Son travail a fait l’objet de présentations solos et collectives au Bangkok Art & Culture Centre, dans le cadre des éditions 2012 et 2014 des Rencontres internationales d’art performance, à la Galerie des arts visuels de l’Université Laval et à Praxis. Elle a remporté plusieurs prix et bourses de création : Première ovation (2012, 2013), FARE (2014), Conseil des arts et des lettres du Québec (2014, 2015, 2016), Société de développement des entreprises culturelles (2016). Marie-Claude Gendron détient un baccalauréat en arts visuels et médiatiques de l’Université Laval et termine actuellement sa maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’Université du Québec à Montréal.
marieclaudegendron.com

Partenaires 

Parcours vidéo