Conférence de Jérôme Glicenstein

Peut-on parler de genres et de styles pour le commissariat d'exposition?

8 novembre 2017, 17 h 30 - 19 h 00

Galerie de l’UQAM
En français
Entrée libre

Animation : Marie Fraser

La Galerie de l’UQAM a le plaisir d’accueillir le groupe de recherche et de réflexion CIÉCO : Collections et impératif évènementiel/The Convulsive Collections qui, en collaboration avec le département d’histoire de l’art et les programmes d’études supérieures en muséologie de l’UQAM, présente une conférence de Jérôme Glicenstein (Université Paris 8) sur les partis pris du commissariat d’exposition. Gratuite et ouverte à tous, cette conférence sera l’occasion de se familiariser davantage avec la pensée de Glicenstein, figure de proue de la réflexion sur les pratiques d’expositions contemporaines.

La conférence

Peut-on parler de genres et de styles pour le commissariat d’exposition?

Cette intervention aborde la question des partis pris singuliers conduisant à l’organisation des expositions. S’intéresser à de telles pratiques sous l’angle de leurs genres et de leurs styles engage à observer autrement l’activité et le statut des commissaires, tout en permettant d’évaluer leur activité autrement qu’en se limitant à des critères quantitatifs de fréquentation. Les genres et les styles conditionnent en effet à la fois les démarches entreprises dans la mise en œuvre d’une exposition et la manière dont elles sont perçues. Il s’agit en somme de mettre en avant une analyse plus fine, plus qualitative, qui puisse permettre de présenter les enjeux des démarches curatoriales contemporaines.

La communication sera suivie d’une période d’échanges avec le public.

Les intervenants

Artiste et théoricien, Jérôme Glicenstein est professeur au département Arts plastiques de l’Université Paris 8. Il a créé, en 2009, un master en Médiation de l’art contemporain et gère une galerie universitaire. Entre autres programmes de recherche, il a été porteur d’un projet Labex consacré à l’histoire des expositions au 20ème siècle, fruit d’un partenariat avec le Centre Pompidou (2011-2015). Il est également responsable de la rédaction de la revue Marges (Presses universitaires de Vincennes) depuis 2003. Ses publications récentes comprennent, aux Presses universitaires de France, L’Art : une histoire d’expositions (2009), L’Art contemporain entre les lignes (2013), et L’Invention du curateur (2015). Il a également codirigé avec Bernadette Dufrêne le volume collectif Histoire(s) d’exposition(s)/Exhibitions’ Storieschez Hermann (2016). Paraîtront prochainement plusieurs articles : « Adhérer ou résister : la relation ambivalente des artistes aux musées », dans le numéro de Muséologies consacré à la « carte blanche », dirigé par Mélanie Boucher et Geneviève Chevalier ; « Tous les futurs de l’exposition », Figures de l’art, Presses universitaires de Pau ; « L’histoire de l’exposition comme performance : An Immaterial Retrospective of the Venice Biennale », dans Archives, disparition, recréation : jeu et rejeu dans les arts, Presses universitaires de Vincennes.

Marie Fraser est professeure en histoire de l’art et en muséologie à l’Université du Québec à Montréal et membre de Figura, centre de recherche sur le texte et l’imaginaire. Titulaire d’un doctorat en histoire de l’art de l’Université de Montréal, ses recherches portent de façon générale sur la transformation des régimes narratifs et temporels dans l’art contemporain. Elle étudie actuellement les phénomènes de réactualisation et d’anachronisme à travers des œuvres, des expositions et des collections muséales. Ses travaux alimentent le groupe de recherche et de réflexion CIÉCO : Collections et impératif évènementiel/The Convulsive Collections subventionné dans le cadre du programme de développement de partenariat du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH 2014-2018). Commissaire, elle a organisé près d’une trentaine d’expositions au Canada et en Europe. Elle a été conservatrice en chef au Musée d’art contemporain de Montréal (2010-2013), ainsi que commissaire de l’exposition du collectif BGL dans le pavillon du Canada à la 56e Biennale de Venise (2015), organisée par le Musée des beaux-arts du Canada.

Le groupe de recherche et de réflexion CIÉCO : Collections et impératif évènementiel/The Convulsive Collections réunit pour la première fois les deux têtes institutionnelles de la discipline de l’histoire de l’art, le musée et l’université, dans un projet de partenariat autour de la mise en valeur des collections. Concurrencée tout au long du siècle dernier par le prestige croissant et de plus en plus médiatique des expositions, la collection se construit le plus souvent de façon à alimenter l’importante production évènementielle qu’on attend désormais des musées. Sous la direction de Johanne Lamoureux de l’Université de Montréal, CIÉCO regroupe les co-chercheures Marie Fraser de l’Université du Québec à Montréal et Mélanie Boucher de l’Université du Québec en Outaouais ainsi que trois musées partenaires, le Musée d’art de Joliette, le Musée des beaux-arts de Montréal et le Musée national des beaux-arts du Québec.

Partenaires

CIÉCO bénéficie de l’appui financier du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada dans le cadre du programme de développement de partenariat.