Enrique Ramírez. Êtres/lieux | Jardins migratoires

Direction de publication : Louise Déry, Marta Gili

Autrices : Louise Déry, Marta Gili, Nelly Richard

Artiste : Enrique Ramírez

Parution : mai 2022
Catégorie : catalogue d’exposition
136 p., couverture rigide
21 x 26 cm, illustrations couleur
Textes français, anglais et espagnol
Graphisme : Supersystème, Montréal
ISBN 978-2-920325-84-5
Prix : 35 $

Cet ouvrage accompagne l’exposition Enrique Ramírez. Êtres/lieux et est coédité par la Galerie de l’UQAM (Montréal) et l’École nationale supérieure de la photographie (Arles). Trilingue (français, anglais et espagnol), il comprend une documentation complète de l’exposition montréalaise et de son itération française présentée sous le titre de Jardins migratoires à l’ENSP à l’été 2021. Tenue à la Galerie de l’UQAM à Montréal du 5 novembre au 18 décembre 2021, l’exposition présentait le regard sensible que porte Enrique Ramírez sur certains enjeux biopolitiques liés aux évènements survenus lors de la dictature de Pinochet et aux politiques migratoires actuelles, vus à travers le prisme de la mer et de la disparition.

Né au Chili en 1979 sous la dictature de Pinochet, Ramírez évoque dans son travail les corps de personnes disparues, tuées par le régime de l’époque et souvent jetées à la mer. En l’absence de tombes et de sépultures pour pleurer ces vies enlevées dans la terreur, la mer devient un lieu de mémoire et de deuil. L’exposition faisait également référence aux politiques et enjeux migratoires actuels, alors que la mer se transforme en une sorte de limbes où les droits civiques sont réduits à néant.

« Comment rappeler le passé sans le rééditer au présent ? Comment aller de l’avant et comprendre ce qu’on laisse derrière soi ? Comment rendre leur dignité aux corps de la précarité ? ». Voilà les questions sur lesquelles se sont penchées les commissaires de l’exposition Êtres/lieux, mettant de l’avant une douzaine d’œuvres de l’artiste Enrique Ramírez sur le thème de la mer et du déracinement. C’est au moyen de vidéos, d’images, de textes, d’objets et de présence sonore d’une grande force poétique qu’Enrique Ramírez a exploré ces préoccupations.

Le catalogue comprends aussi des essais de Marta Gili en dialogue avec Enrique Ramírez, de Louise Déry sur le concept d’image manquante ainsi que de Nelly Richard, théoricienne culturelle chilienne et spécialiste de l’art contemporain pendant et après le régime dictatorial de Pinochet.

Exposition liée