Edmund Alleyn
Abstraction

1994

Lavis à l’encre sur papier
41,5 x 24,5 cm
2006.6
Don de Jennifer Alleyn

L’imagerie d’Edmund Alleyn présente de nombreuses analogies avec le monde du cinéma, du théâtre et de la photographie. Les lieux que l’artiste met en scène deviennent le théâtre de petites fables où le mélancolique s’imprègne d’une ambiance métaphysique, voire surréelle. À travers une composition spatiale en enfilade, les œuvres en camaïeu de gris nous ouvrent les portes d’un monde poétique où se conjuguent l’intime et le public. Les espaces picturaux aux allures de nature morte se maintiennent dans des endroits clos, des scénographies encadrées de drapés où les objets représentés – fauteuils, plantes, statuettes – correspondent à un espace mental personnel, un monde intérieur mystérieux. Les œuvres présentées font partie de la série Vanitas (1990-1995) qui se compose de gouaches, lavis et huiles sur toile dans lesquels s’opère une transition entre le monde des humains et celui des objets.

Exposition liée