2018_LaferteCoutu_gAlexia Laferté-Coutu, Ancienne minoterie : les angles adoucis des encadrements moulures, 2018, verre coulé, pigments, anthémis

Alexia Laferté-Coutu. Leurs ombres centenaires

Finissante de la maitrise en arts visuels et médiatiques, UQAM

16 mai – 16 juin 2018
Vernissage : mardi 15 mai, 17 h 30

[Plus d'informations]

La Galerie de l’UQAM accueille l’exposition Alexia Laferté-Coutu. Leurs ombres centenaires. L’artiste, finissante à la maitrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM, y offre une réflexion complexe sur nos rapports à l’architecture et à l’histoire. Par le geste de pression d’argile souple sur la surface extérieure de bâtiments, Alexia Laferté-Coutu cherche à générer un rapport actif à la sculpture.

L’exposition

Les sculptures aux formes énigmatiques d’Alexia Laferté-Coutu sont issues d’un processus d’addition et de soustraction de matière à même la surface d’architectures historiques. Les masses ainsi formées ont été cristallisées. Elles portent tantôt le sceau du bâtiment et celui du geste de pression effectué, tantôt celui des coulées du verre ou de la dentelle du moule. Ces caractéristiques nous renvoient à la fluidité que la matière adoptât jadis, et pourrait adopter à nouveau. Par cette idée de réversibilité de la matière et de ses formes, la technique du moulage est associée à une manière de voir le monde en mouvement, tout en imaginant son potentiel de transformation comme étant sculptural en soi.

Le procédé renvoie à celui du cataplasme, thérapeutique ancienne qui consiste à appliquer sur une partie du corps un mélange d’argile et de plantes ayant la propriété d’absorber les toxines en activant la circulation sanguine. Le cataplasme, proche de la technique du moulage, devient ici un procédé d’enregistrement sensible et tangible par lequel sont transférées des énergies capables de traverser la pierre, l’argile, le verre. Les sculptures apparaissent ainsi comme des ponts par lesquels s’articulent les relations/rapports intangibles entre la substance fluide et la forme cristallisée, le geste et l’architecture, l’histoire et l’objet sculptural.

Dans la mesure où le morcèlement d’éléments multiplie leurs manières d’apparaitre au monde, la sculpture se présente ici comme un acte de fragmentation du réel offrant des potentialités associatives et l’amorce d’un mouvement vers l’extérieur. Cela tend vers l’instauration de rapports fluides et pluriels à l’architecture et à l’histoire, entités dont les structures sont a priori rigides ou linéaires.  

L’artiste

Alexia Laferté-Coutu est née en 1990 à Montréal, où elle vit actuellement. Suite à ses études en musique, elle a complété un baccalauréat en Beaux-arts à l’Université Concordia (2013) et a étudié la sculpture à l’Université Bauhaus (Weimar). Ses installations, sculptures et performances ont été présentées au sein d’expositions collectives à Montréal et en Allemagne.
alexialafertecoutu.com

Activités publiques

Présentation d’artiste : Alexia Laferté-Coutu
Dans le cadre de la série L’art observe

Mardi 12 juin 2018, 12 h 45
Galerie de l’UQAM
En français
Entrée libre

Visites commentées de l’exposition pour les groupes
Offertes sans frais, en français et en anglais, en tout temps.
Réservations requises auprès de Philippe Dumaine
514 987-3000, poste 3280, ou dumaine_allard.philippe@uqam.ca

Partenaires

CCFA_BW_black_96_f      Calq_noir



Conseil des arts du Canada Conseil des arts du Canada

GALERIE DE L’UQAM

Université du Québec à Montréal
1400, rue Berri, Pavillon Judith-Jasmin, Local J-R 120
Montréal, Québec
Ouvert du mardi au samedi, de midi à 18h.
Entrée libre