TROP. Jean-Luc Nancy avec François Martin et Rodolphe Burger

Commissaires : Louise Déry, Ginette Michaud, Georges Leroux

Artistes : Jean-Luc Nancy, François Martin, Rudolphe Burger

21 octobre 2005 - 26 novembre 2005

Vernissage : 20 octobre 2005, 17 h 30

La Galerie de l’UQAM inaugure, le 20 octobre prochain à 17 h 30, une importante exposition intitulée TROP. Jean-Luc Nancy avec François Martin et Rodolphe Burger, consacrée à l’un des philosophes les plus marquants de notre époque. Le vernissage sera également l’occasion d’un double lancement : celui de la dernière livraison de Spirale et celui d’un essai de Jean-Luc Nancy intitulé 58 indices sur le corps et Extension de l’âme, suivi de Appendice de Ginette Michaud.

L’exposition

L’exposition s’attache aux liens qu’entretient le philosophe avec la création artistique, en se fondant sur la complicité de Jean-Luc Nancy avec deux créateurs français, l’artiste visuel François Martin et le musicien Rodolphe Burger. Elle est conçue et préparée par un trio de commissaires, l’historienne de l’art Louise Déry, également directrice de la Galerie de l’UQAM, la professeure au Département d’études françaises de l’Université de Montréal, Ginette Michaud, et le philosophe Georges Leroux, professeur au Département de philosophie de l’UQAM.

TROP. Par le choix de cet intitulé, Jean-Luc Nancy donnait à son exposition ce mot démesuré auquel se  rapporte une pensée de l’art toute en débordements et en excès; c’est cette ouverture en tous sens que l’exposition mettra en œuvre. Elle regroupe des travaux, des œuvres et des objets qui témoignent de la richesse des points de vue de Jean-Luc Nancy sur les grandes questions du sens, du corps, de la communauté et de la responsabilité.

Au moyen de divers documents écrits, sonores et vidéographiques – dont certains sont appelés à connaître une transformation au cours de l’exposition – un principe d’échanges se met en place, conduisant à un cumul d’éléments jusqu’au terme de l’événement. Le visiteur sera confronté aux écrits du philosophe, à la mobilité de sa pensée, à sa manière de faire naître du sens au contact du monde et de l’art. Parmi les objets exposés, on compte une vaste fresque constituée de plus de deux cents dessins et textes réalisés avec François Martin spécialement pour l’exposition; un manuscrit inédit,

Le philosophe boiteux; une série de larges toiles peintes par François Martin, NIUM, et sur laquelle le philosophe a littéralement écrit; diverses esquisses de portraits en vidéo de l’intellectuel qu’est Jean-Luc Nancy; un projet sonore avec le musicien Rodolphe Burger, etc.

Cette réalisation de la Galerie de l’UQAM se présente comme un événement d’exception sur le plan muséographique, dans la mesure où il s’agit de créer un espace d’essai plutôt qu’une exposition en tant que telle. C’est la première fois que le philosophe s’engage dans un tel processus de présentation de sa pensée, de ses idées et de ses traversées dans le monde de la création artistique. L’événement est réalisé avec l’appui du Conseil des Arts du Canada, de l’Association française d’action artistique, du Consulat général de France à Québec, de la Faculté des arts de l’UQAM au nom de ses départements et de ses écoles et de ses programmes de cycles supérieurs.

Les parutions

Le vernissage sera l’occasion d’un double lancement :

– la dernière livraison de Spirale (nº 204, sept.-oct. 2005), qui propose un dossier intitulé « Jean-Luc Nancy, À bords perdus », préparé par Ginette Michaud et Georges Leroux;

– un essai de Jean-Luc Nancy, 58 indices sur le corps et Extension de l’âme, suivi de Ginette Michaud, Appendice, Montréal, Éditions Nota bene, collection    « Nouveaux Essais Spirale », 2004.

L’exposition TROP, pour sa part, donnera lieu à une publication réalisée par la Galerie de l’UQAM et qui paraîtra en 2006 (avec un texte inédit de Jean-Luc Nancy et des contributions de Rodolphe Burger, Louise Déry, Ginette Michaud, Georges Leroux et Isabelle Décarie).

L’artiste et ses complices

Jean-Luc Nancy est philosophe. Professeur émérite à l’Université Marc Bloch de Strasbourg, il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont La déclosion (Galilée, 2005), À l’écoute (Galilée, 2002), Nus sommes (avec Federico Ferrari; Yves Gevaert, 2002), La communauté affrontée (Galilée, 2001), La pensée dérobée (Galilée, 2001), Être singulier pluriel (Galilée, 1996), Le sens du monde (Galilée, 1993). Il collabore également avec de nombreux artistes, notamment la chorégraphe Mathilde Monnier, le cinéaste Abbas Kiarostami, le musicien Rodolphe Burger et les peintres François Martin et Simon Hantaï.

François Martin vit et travaille à Paris. Il enseigne le dessin à l’École Nationale Supérieure de la Photographie, en Arles (France). L’artiste collabore avec Jean-Luc Nancy depuis plus de trente ans. Son atelier à Paris est une plaque tournante où il assemble les dessins et les diverses traces collectées au fil de ses déplacements et où il opère les montages qui forment les bases de sa démarche. Ses œuvres ont été montrées au Centre Georges-Pompidou, au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Musée d’Art Moderne de Saint-Étienne, au Musée Saint-Pierre d’Art contemporain à Lyon, à la Fondation Ludwig d’Aix-la-Chapelle, au centre P.S.1. à New York.

Rodolphe Burger vit et travaille à Strasbourg et Paris. Il possède une formation en philosophie, discipline qu’il enseigne jusqu’en 1988. Il fonde en 1987 le groupe Kat Onoma avec lequel il produit six albums qui présentent un mélange de rock et de philosophie contemporaine. Il a depuis réalisé plusieurs albums solos, collaboré avec  Doctor L., Françoise Hardy, Olivier Cadiot, Alain Bashung, Fred Poulet, Jeanne Balibar, parcourant à chaque fois des territoires musicaux peu explorés. Son travail s’apparente à celui du sculpteur où, pour reprendre ses propres mots, il se retrouve devant une matière à modeler. Elle peut autant être rude, massive ou fine, car c’est la main au bout du compte qui fait la musique.

Les commissaires

Louise Déry, professeure associée à l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM, dirige la Galerie de l’UQAM et enseigne en muséologie et en histoire de l’art. Elle a été conservatrice au Musée national des beaux-arts du Québec et au Musée des beaux-arts de Montréal. Elle a signé plusieurs expositions au Canada et à l’étranger dont Dominique Blain, Françoise Sullivan, Roberto Pellegrinuzzi, Nancy Spero, Sarkis, Jana Sterbak. Elle prépare en ce moment des expositions monographiques de Rober Racine, de Raphaëlle de Groot et de David Altmejd.

Ginette Michaud enseigne la littérature au Département d’études françaises de l’Université de Montréal. Elle est l’auteur d’essais consacrés à Roland Barthes, James Joyce et Jacques Ferron. Depuis 1997, elle s’intéresse aux œuvres de Jacques Derrida, Hélène Cixous et Jean-Luc Nancy. On trouve parmi ses récents ouvrages : Constructions de la modernité au Québec, avec Élisabeth Nardout-Lafarge (Lanctôt éditeur, 2004); le Cahier de L’Herne. Jacques Derrida, avec Marie-Louise Mallet (Paris, Éditions de L’Herne, 2004); « Il y aura ce jour… », à la mémoire de Jacques Derrida, avec Claude Lévesque et Georges Leroux (À l’Impossible, hors commerce, 2005).  Elle a fait paraître Appendice, conjointement avec 58 indices sur le corps et Extension de l’âme de Jean-Luc Nancy (Éditions Nota bene, 2004) et, en 2005, Ferron post-scriptum (Lanctôt éditeur).

Georges Leroux est professeur au Département de philosophie de l’UQAM. Il s’intéresse principalement à la tradition grecque tardive et a publié des études sur le néoplatonisme, surtout dans les domaines de l’ontologie, de l’esthétique et de la pensée du sujet. Historien, il est aussi traducteur et il a fait paraître une traduction commentée de La République de Platon (Paris, Garnier Flammarion, 2e édition 2004). Il collabore à Spirale, au journal Le Devoir, ainsi qu’à plusieurs revues spécialisées. Auteur d’articles sur des artistes contemporains, Georges Leroux a signé des textes dans des publications de la Galerie de l’UQAM, sur l’œuvre de Dominique Blain dans Monuments. Considérations sur l’art et la guerre (2004) ainsi que dans le catalogue de l’exposition Are You Talking to Me ? Conversation(s), publié en 2003.

Les activités publiques gratuites

Conférence de Jean-Luc Nancy : TROP

Le 24 novembre, à 18 h à l’auditorium de la Bibliothèque nationale du Québec (475, boul. De Maisonneuve Est, Montréal (Québec).

Activité de clôture qui comprendra une performance musicale de Rodolphe Burger et Jean-Luc Nancy.

Le 26 novembre, à 16 h