Artur Żmijewski. Scénarios de dissidence

Commissaires : Véronique Leblanc, Louise Déry

Artiste : Artur Żmijewski

22 octobre 2010 - 20 novembre 2010

Vernissage : 21 octobre 2010, 17 h 30

L’art contemporain a-t-il un réel impact social? A-t-il une effectivité politique? Quels enjeux l’art soulève-t-il? Les vidéos présentées dans l’exposition Artur Żmijewski. Scénarios de dissidence, dont le commissariat est assuré par Véronique Leblanc et Louise Déry, questionnent celui qui les regarde. Controversées et politiques, elles jouent sur les limites de l’éthique et de la morale pour en donner à voir ce que nous préférons ignorer. Agissant à la frontière entre arts médiatiques et documentaire, elles sont réalisées à partir de mises en situation qui confrontent le spectateur de manière radicale à la réalité de l’autre.

Les œuvres de l’artiste polonais Artur Żmijewski abordent les questions du racisme, de l’ostracisme religieux, de la confrontation d’idéologies antagonistes et de la constitution des identités nationales. Elles cherchent ainsi à déstabiliser le spectateur. L’artiste jouit d’une grande notoriété internationale (MoMA, Biennales de Venise, d’Istanbul, de São Paulo, etc.), ce qui démontre bien la force d’interpellation de telles œuvres dans le monde d’aujourd’hui.

L’exposition

Première exposition solo de l’artiste à Montréal, Artur Żmijewski. Scénarios de dissidence est engagée dans une réflexion sur le politique dans l’art et réunit des œuvres majeures réalisées depuis 2001, dont une importante installation vidéographique (Democracies, 2009).

Elle présente, d’une part, des œuvres dans lesquelles l’artiste observe l’émergence et le développement des conflits à partir de la rencontre d’altérités radicales. Celles-ci traitent de l’échec du dialogue, de l’impossibilité d’établir des espaces de négociation lorsque des idéologies sont impliquées dans la discussion, tant dans la sphère collective qu’individuelle. Elles explorent la question de la violence afin d’interroger nos manières de vivre ensemble. D’autre part, l’exposition réunit des vidéos centrées sur une négociation entre l’artiste et son sujet. Celles-là se présentent comme autant d’occasions d’investiguer le comportement humain en lien avec les notions de mémoire et d’identité (culturelle, religieuse, nationale). Proposant une expérience plus intimiste au spectateur, elles participent davantage d’une réflexion sur l’individu et sur la vulnérabilité humaine. Intrigué par la faille, le manque, la rigidité d’esprit, la vulnérabilité du corps et de la vie, Artur Żmijewski élabore un discours inscrit dans un regard dissident, à l’abri des conventions et du discours dominant et des lieux communs.

Quelques œuvres

Democracies, 2009

L’installation Democracies comprend 20 courts films documentaires montrant des manifestations et des rassemblements d’ordre politique et religieux dans lesquels les participants montrent leur accord ou leur désaccord avec une cause ou un événement. Parmi ces vidéos réalisées principalement en Europe, entre 2007 et 2009, on compte une manifestation contre l’occupation israélienne en Cisjordanie, une foule de partisans d’une équipe de football en Allemagne et une parade loyaliste à Belfast. Tandis qu’elles évoquent une variété d’allégeances politiques et idéologiques, leur présentation simultanée crée un effet cacophonique qui exprime les contradictions marquant l’affrontement de différentes convictions.

80064, 2004
Dans cette courte vidéo, Artur Żmijewski convainc Jozef Tarnawa, un survivant du camp de concentration d’Auschwitz âgé de 92 ans, de restaurer le tatouage de son numéro de prisonnier. Alors qu’il se trouve au salon de tatouage, l’homme se questionne quant à l’authenticité du numéro une fois qu’il sera retatoué. Réticent, il raconte certains moments de son expérience à Auschwitz. Après une argumentation entre l’artiste et Tarnawa, ce dernier consent, mais demeure ambivalent quant au résultat de l’expérience.

Repetition, 2005
Véritable long-métrage, Repetition (2005) présente une mise en situation réalisée par l’artiste, qui consiste à recréer la célèbre expérience du psychologue Philip Zombardo, effectuée en 1971 et connue sous le nom de Stanford Prison Experiment. Celle-ci consiste à placer des individus dans un contexte carcéral et à leur attribuer des rôles de prisonniers ou de gardiens de prison qu’ils devront jouer. Alors que la durée prévue initialement pour l’expérience était de deux semaines, celle-ci a dû être arrêtée après six jours, car les prisonniers montraient déjà des séquelles psychologiques jugées sévères. Avec Repetition, l’artiste exhibe les relations de pouvoir et examine le phénomène de la violence.

Collaboration avec la Cinémathèque québécoise

Repetition (2005) fera l’objet d’une projection en salle de cinéma à la Cinémathèque québécoise le vendredi 5 novembre 2010, à 17 h 30. La vidéo sera alors précédée de Itzik (2003) et la projection sera suivie d’une discussion animée par Francis Dupuis-Déri, professeur au Département de science politique, en présence des commissaires. Ces deux vidéos seront également présentées une fois par jour à la Galerie de l’UQAM, à 16 h 30.

L’artiste

Artur Żmijewski est né en 1966, à Varsovie, où il vit et travaille. Parmi ses expositions individuelles récentes, on compte : MoMA (New York, États-Unis), Cornerhouse (Manchester, Royaume-Uni), Kunsthaus Graz (Graz, Autriche), Foksal Gallery (Varsovie, Pologne), Daad Galerie (Berlin, Allemagne), Institute of Modern Art (Brisbane, Australie), Centre Georges Pompidou (Paris, France). La présentation de son travail dans le pavillon polonais de la 51e Biennale de Venise a été acclamée en 2005 et sa production a été présentée dans les grandes manifestations internationales telles que la 11e Biennale d’Istanbul (Turquie), la Documenta 12 à Kassel (Allemagne) et la Biennale de São Paulo (Brésil). En janvier 2010, Artur Żmijewski recevait le très prestigieux prix Ordway qui récompense un artiste dont le travail a un impact significatif sur l’art contemporain.

Les commissaires

Jeune commissaire, Véronique Leblanc détient une maîtrise en études des arts de l’Université du Québec à Montréal. Elle s’intéresse aux pratiques d’intervention et aux pratiques processuelles, contextuelles et relationnelles ainsi qu’aux liens qui se tissent entre art, éthique et politique. Son mémoire de maîtrise (UQAM), porte sur les enjeux de la relation à autrui dans les processus de création en art actuel et considère l’altérité comme un concept clé pour l’analyse de ces pratiques. Ses essais ont été publiés dans les revues ETC Montréal et Espace Sculpture. Elle agit actuellement à titre d’agente de recherche à la Galerie de l’UQAM et au Musée d’art contemporain de Montréal.

Louise Déry détient un doctorat en histoire de l’art et dirige la Galerie de l’UQAM depuis 1997. Elle a travaillé avec de nombreux artistes tels que Manon de Pauw, Dominique Blain, Raphaëlle de Groot, Nancy Spero, David Altmejd, Shary Boyle, Daniel Buren, Giuseppe Penone, Sarkis, etc. Elle s’est intéressée au rapport entre le corps et la langue, à la question de l’engagement artistique et à la diffusion internationale de l’art du Québec. Elle a publié la première monographie de l’artiste David Altmejd et a été commissaire de son exposition à la Biennale de Venise 2007. Elle a été la première lauréate du Prix Hnatyshyn pour l’excellence de son travail de commissaire (2007). Elle prépare en ce moment une exposition sur Michael Snow pour le Fresnoy (France).

Les activités publiques

Projection / discussion
Date : 5 novembre 2010, à 17 h 30
Lieu : Cinémathèque québécoise, 335, boulevard De Maisonneuve Est
Entrée : adultes 7 $ / étudiants 6 $
Projection des vidéos Repetition (2005) et Itzik (2003) en salle de cinéma suivie d’une table ronde en présence des commissaires et animée par Francis Dupuis-Déri, professeur au Département de science politique.

Midi art contemporain
Dates : Tous les jeudis, à 13 h
Lieu : Galerie de l’UQAM
Entrée : libre
Un médiateur est sur place pour échanger et répondre aux questions du public. Activité ouverte à tous et sans réservation.

Partenaires

Conseil des Arts du Canada
Corporation Québec – Pologne pour les arts
Consulat Général de Pologne à Montréal
Cinémathèque québécoise