Légende
Marie La Vierge et Yonel Charles, Ann chavire chodyè a, 2021, performance dans le cadre de l'exposition Sak vid pa kanpe!, 2021, Galerie de l'UQAM

En savoir plus sur Sak vid pa kanpe! : Marie La Vierge et Yonel Charles

3 février 2021

La Galerie de l’UQAM vous propose une série de quatre présentations visant à connecter les œuvres de l’exposition virtuelle Sak vid pa kanpe! au monde réel. Apprenez-en davantage sur ce troisième volet du projet QUADrature dont l’entièreté des textes ont été traduits en créole, une première pour la Galerie.

« Sak vid pa kanpe »

Le proverbe « Sak vid pa kanpe » signifie en créole ayitien « un sac vide ne tient pas debout » ou encore « celui qui n’est pas nourri ne tient pas sur ses pieds » (J. Leclerc, Université Laval, 2020). Plus largement, l’expression évoque l’impossibilité pour un peuple appauvri et affamé à tenir tête aux injustices commises par le pouvoir en place. Les quatre œuvres présentées dans l’exposition Sak vid pa kanpe!, commissariée par le Musée d’art actuel / Département des invisibles, proposent de réfléchir à des enjeux géopolitiques actuels en mettant en scène la lutte des populations et des corps marginalisés dans quatre contextes culturels spécifiques.

ANN CHAVIRE CHODYÈ A (2021)
MARIE LA VIERGE ET YONEL CHARLES

Le titre de la performance des artistes Marie La Vierge et Yonel Charles se traduit mot pour mot par « Chavirons la chaudière », mais signifie au sens métaphorique  « Rebattons les cartes » ou encore « Renversons la situation » (traduction de Rodney Saint-Éloi). Selon les artistes, qui le traduisent plutôt par « Chavirons le système », il s’agit d’un appel à la révolution.

L’œuvre a été créée en public à Jakmel 14 janvier 2021 et transmise en direct à l’occasion de l’ouverture de l’exposition. La vidéo de la performance est, depuis, accessible sur le site de QUADrature. Elle fait référence à la présidence de Jovenel Moïse en Ayiti, au pouvoir depuis 2016, et dont la date de fin de mandat est controversée. Alors que Moïse prévoit quitter en 2022, plusieurs estiment plutôt que « le mandat du président Jovenel Moïse doit prendre fin le 7 février 2021 » (W. H. Gabriel Duvil, Le Nouvelliste, 2021), soit 5 ans après la date de son élection officielle. Cette controverse découle, selon cette source, des « ambiguïtés induites par [la Constitution de la République d’Haïti] qui juxtapose temps constitutionnel et temps électoral ».

C’est dans ce contexte que la performance de Yonel Charles et de Marie La Vierge lance un appel « à la poursuite de la révolution » (Musée d’art actuel / Département des invisibles, 2021). À travers un « rituel de libération se situant entre la danse et la performance » (Ibid.), les artistes mettent en scène l’étranglement et la résistance du peuple ayitien en invoquant le renversement du régime politique de Jovenel Moïse.

Pour en savoir plus

  • Jacques Leclerc, « Haïti » dans L’aménagement linguistique dans le monde, Québec, CEFAN, Université Laval, 27 septembre 2020, en ligne.
  • Winnie Hugot Gabriel Duvil, Le Nouvelliste (Port-au-Prince), « « Le mandat du président Jovenel Moïse doit prendre fin le 7 février 2021 », selon la FBH » 31 janvier 2021, en ligne.
  • Musée d’art actuel / Département des invisibles, cartel d’exposition de l’œuvre Ann chavire chodyè a (2021) dans l’exposition Sak vid pa kanpe!, 2021, Galerie de l’UQAM, en ligne.