BV_JPAheaderJean-Pierre Aubé, Electrosmog Venezia, 2015, image tirée de la vidéo 

 

Jean-Pierre Aubé. Electrosmog Venezia

À l’invitation de la Galerie de l’UQAM et de la commissaire Louise Déry, l’artiste québécois Jean-Pierre Aubé a réalisé une série d’interventions en direct lors des journées d’ouverture de la Biennale de Venise (6 au 8 mai 2015), suivie d’une exposition solo dans l’une des plus prestigieuses institutions de Rome, RAMradioartemobile (14 mai au 27 juin 2015). Ce double projet international a été produit par la Galerie de l’UQAM et appuyé par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). Il a permis à Jean-Pierre Aubé de mettre en valeur une pratique artistique unique, laquelle explore, depuis 20 ans, tout autant le chœur des aurores boréales, la pollution électromagnétique, la cybersurveillance que la radioastronomie.

 

Intervention de l’artiste à Venise – 6 au 8 mai 2015

À la Biennale de Venise, Jean-Pierre Aubé a poursuivi son investigation des fréquences radio en explorant notamment l’« électrosmog » de Venise, c’est-à-dire l’ensemble des champs électromagnétiques présents dans un lieu. Lors de plusieurs interventions en direct, il a ciblé les communications électroniques des appareils sans fil qui constituent pour les uns des moyens essentiels au bon fonctionnement de la vie actuelle, et pour les autres, des dangers potentiels pour la santé. Leur prolifération ouvre également sur les notions de piratage, de détection, de surveillance et, par conséquent, de menace à la vie privée, dans une époque tétanisée par l’occurrence d’attaques électroniques, voire de terrorisme. Utilisant un dispositif mobile (chariot vénitien, antennes, récepteurs, ordinateurs) et secondé par une petite équipe de terrain, l’artiste est intervenu en divers lieux de la Biennale et de la ville pendant les journées professionnelles. « De nos jours », dit Jean-Pierre Aubé, « lorsqu'il y a des gens, il y a des ondes. Les passeports, les téléphones et les tablettes qui nous accompagnent dans nos déplacements sont des petits êtres communicationnels. Constamment, ils signalent leur présence et communiquent leurs origines aux dizaines de tours qui quadrillent nos villes. Entres eux, ils partagent des milliers de petits paquets d'informations qu'ils encodent et décodent. Lors de la Biennale, je profiterai de l'accumulation de visiteurs afin de capturer ces messages, de les collectionner et, pourquoi pas, à mon tour, d'en partager quelques uns ».

 

Venise : Electrosmog Venezia

Captations

Le projet de Jean-Pierre Aubé a pour titre Electrosmog Venezia. Pendant les journées d’ouverture du 6 au 8 mai 2015, l’artiste a réalisé plusieurs captations de fréquences radio sur les sites de la Biennale, collectant, documentant et enregistrant les émissions émanant des systèmes de télécommunication personnels. Muni d’un dispositif portatif composé de plusieurs radios, antennes et ordinateurs en réseaux, il était secondé par les performeurs Myriam Laplante et Mathieu Latulippe pour scruter le ciel de Venise. Leurs interventions ont constitué divers moyens de prendre connaissance du smog électronique qui enveloppe la ville.

Actions

Jean-Pierre Aubé, avec ses complices, a proposé une série d’actions publiques au Campo Santa Margherita dans le quartier du Dorsoduro les 7 et 8 mai, de 21 h à 22 h 30. Son dispositif mobile, avec ses projecteurs, lasers, ordinateurs, antennes et récepteurs installés sur un chariot vénitien, prenait des allures de bricolage technologique qui démystifiait le caractère sophistiqué des communications électroniques proposées par les grandes entreprises, avec les risques de piratage qu’ils impliquent. Pour la commissaire Louise Déry, le projet de Jean-Pierre Aubé s’articule autour d’un double constat : « Bien qu’ils soient légers, minces et d’usage facile, nos outils de communication sans fil sont pourtant connectés à une gigantesque infrastructure. Et malgré la complexité avérée d’un monde technologique aux perpétuelles avancées, un artiste, avec sa petite équipe de terrain, à la manière des groupes de radio amateur, peut s’aventurer dans le smog de Venise pour se saisir d’une réalité invisible, mais non moins présente et conséquente pour nos vies ».

 

BV_JPA1_g    BV_JPA2_th    BV_JPA3_g    BV_JPA4_g

BV_JPA5_g    BV_JPA6_g    BV_JPA7_g    BV_JPA8_g

 

Rome : exposition Electrosmogs à RAM radioartemobile et table ronde

L’exposition Electrosmogs de Jean-Pierre Aubé a mis en relation le projet V.L.F. Natural Radio – réalisé en Finlande, en Écosse et au Québec et proposant en son et en images des basses fréquences émanant de phénomènes naturels tels que les aurores boréales – avec la série Electrosmogs. Deux nouvelles œuvres vidéographiques y ont été présentées : Electrosmog Venezia, réalisée dans le cadre de la Biennale de Venise et Radio Vaticana, qui présente une captation du signal de Radio Vatican, l’un des plus importants sites d’émission de fréquences radio au monde.

L’ouverture de l’exposition a été précédée d’une table ronde organisée par RAM radioartemobile, qui réunissait différents profils de chercheurs et penseurs autour de la question des fréquences radio.

Participants :
Jean-Pierre Aubé, artiste
Louise Déry, historienne de l’art, commissaire de l’exposition
Giuseppe Di Giugno, physicien dont la recherche  à partir des années 70' se concentre sur l'audio digitale, fondateur de IRIS
Michelangelo Lupone, compositeur, chercheur, créateur de paysages sonores
Cristian Stanescu, astrophysicien
Luca Zevi, architecte et urbaniste

 

BV_JPAR1_g    BV_JPAR2_g    BV_JPAR3_g    BV_JPAR4_g

BV_JPAR5_g    BV_JPAR6_g    BV_JPAR7_g    BV_JPAR8_g

 

À propos de l'artiste

Diplômé de la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM, Jean-Pierre Aubé est reconnu pour son travail de représentation sonore et visuelle des basses fréquences et des fréquences radio à partir de méthodes et de technologies ingénieuses qui lui permettent d'ausculter la magnétosphère et l’espace. Il est devenu, au fil des années, une sorte d’artiste explorateur qui, muni d’antennes insolites, de récepteurs radio, de logiciels de sa propre création et de quincaillerie informatique variée, capte une variété de fréquences dont il modélise les données en d’étonnants paysages présentés au moyen de chartres, de photographies, d’enregistrements audio et de vidéos.

Pour la commissaire Louise Déry, Jean-Pierre Aubé est un paysagiste d’un genre inédit. Magicien des ondes et du son, il attire notre attention sur une part invisible du monde qui nous entoure, sur sa poésie, son écologie et les périls qui le guettent. Elle rappelle que « de tout temps, les artistes ont observé le ciel. Je vois Jean-Pierre Aubé comme un héritier de la grande tradition romantique, debout devant l’espace sidéral, l’écoutant autant que le regardant, capable d’en évoquer la démesure, nous laissant songeurs devant son immensité encombrée par les effets d’une empreinte technologique inéluctable. Dans notre époque où le ciel se vend par morceaux pour accommoder la demande en communication et où des pouvoirs redoutables s’exercent pour dissimuler ou épier le contenu des transmissions, le travail de Jean-Pierre introduit de vastes considérations sur le respect et l'abus de la planète et de ce qui l’entoure, et sur les effets qui en résultent pour chaque être humain ».

Né en 1969 à Kapuskasing, Ontario, Jean-Pierre Aubé vit et travaille à Montréal.
Formation
: Maîtrise en arts visuels et médiatiques, Université du Québec à Montréal
Expositions
: RAM radioartemobile (Rome, 2015), Expression (Saint-Hyacinthe, 2015), Le Fresnoy (Tourcoing, 2013), Centre canadien d’architecture (Montréal, 2012), Clark (Montréal, 2012), Séquence (Saguenay, 2011), Musée d’art contemporain de Montréal (2011), AXENÉO7 (Gatineau, 2010), Galerie de l’UQAM (Montréal, 2008 et 2010), Musée national des beaux-arts du Québec (Québec, 2008), Palais du Tau (Reims, 2008), Ludwig Museum (Budapest, 2007), ZKM (Karlsruhe, 2005)
Performances
: Biennale de Venise (2015), Elektra (2012 et 2011, Montréal), MUTEK (Montréal), Mois Multi (Québec, 2005), @rt Outsiders (Paris)
Prix
: Prix Giverny Capital 2013

 

À propos de la commissaire

Ph. D. en histoire de l'art, Louise Déry dirige la Galerie de l'UQAM depuis 1997, après avoir été conservatrice au Musée national des beaux-arts du Québec et au Musée des beaux-arts de Montréal. Elle a réalisé de très nombreuses expositions accompagnées de catalogues (Rober Racine, Dominique Blain, Raphaëlle de Groot, Nancy Spero, David Altmejd, Michael Snow, Giuseppe Penone, Shary Boyle, Sarkis…) dont une trentaine présentées en Europe, en Turquie, aux États-Unis et en Asie. Elle a été commissaire du pavillon du Canada à la Biennale de Venise avec une exposition sur David Altmejd (2007) et y a présenté une performance de Raphaëlle de Groot en 2013.

 

Équipe

Artiste : Jean-Pierre Aubé
Commissaire : Louise Déry
Performeurs : Myriam Laplante et Mathieu Latulippe
Coordonnatrice : Audrey Genois
Responsable des programmes publics : Julie Bélisle
Responsable des réseaux sociaux : Philippe Dumaine
Conseillère en relations de presse : Maude N. Béland
Vidéaste : Frédéric Lavoie
Photos : Gwenaël Bélanger

 

Appui majeur :

CALQinb-Converti

Autres appuis :

DQcRome_noir      Ville_de_montreal   logo_radio_arte_mobile  CCFA_BW_black_96_f

 

La Galerie de l'UQAM bénéficie de l'appui du Conseil des arts du Canada pour son fonctionnement annuel.

Remerciements spéciaux au Westin Europa & Regina (Venise) et au Conseil des diplômés de la Faculté des arts (UQAM).

 



Conseil des arts du Canada Conseil des arts du Canada

GALERIE DE L’UQAM

Université du Québec à Montréal
1400, rue Berri, Pavillon Judith-Jasmin, Local J-R 120
Montréal, Québec
Ouvert du mardi au samedi, de midi à 18h.
Entrée libre