2018_Refuscontraire_gNoémi McComber, Prise d’assaut, 2011, vidéo, couleur, son, 8 min 50 s. Prise de vue photographique : Helena Martin Franco. Avec l’aimable permission de l’artiste

Refus contraire

Commissaires en arts visuels : Doriane Biot, Camille Richard
Commissaire en arts vivants : Véronique Hudon

Avec la participation d’Oana Avasilichioaei, Scott Benesiinaabandan, Alix Dufresne, Sarah Chouinard-Poirier, Daria Colonna, Cool Cunts, Pascale Drevillon, Sophie Dubois, toino dumas, Ray Ellenwood, Ellen Furey, Émilie Graton, Mathieu Grenier, Leticia Hamaoui, Hanako Hoshimi-Caines, Benoit Jutras, Alanna Kraaijeveld, Fanny Latreille, Soleil Launière, Niki Little, Anna Lupien, Kamissa Ma Koïta, Noémi McComber, Dana Michel, Chloé Ouellet-Payeur, Dominique Pétrin, Simon Portigal, Marie-Pier Proulx, Marie-Ève Quilicot, Dave St-Pierre, Patricia Smart, Andrew Tay, Becca Taylor, France Théoret, Stephen Thompson, Marilou Verschelden

16 mai – 16 juin 2018
Vernissage : mardi 15 mai, 17 h 30

À l'occasion du vernissage, la Galerie de l'UQAM et les Éditions les petits carnets lanceront leur nouvelle publication, Le petit pot de roses, de l'artiste et auteure Nicole Jolicoeur.

[Plus d'informations]

La Galerie de l’UQAM accueille, dès le 16 mai 2018, l’exposition collective Refus contraire. Pensée dans le contexte du 70e anniversaire de la publication de Refus global, Refus contraire cherche à réactiver les motifs d’engagement, d’interdisciplinarité et de communauté qui animaient les signataires de ce manifeste si marquant. En constante mutation, Refus contraire fait une grande place aux pratiques performatives, collectives et politiques. Par une abondante programmation évènementielle, l’exposition se veut un espace d’échanges, de collaborations et de contestations, questionnant à la fois les limites entre les disciplines et les cadres imposés par l’espace de la galerie.

L’exposition

Refus global convoque un imaginaire populaire porté par des idées de révolutions, de soulèvements et de contestations. Aujourd’hui, comme il y a 70 ans, il est toujours nécessaire que l’art repense l’espace social québécois. Alors que les mises en scène de la domination culturelle se complexifient, les raisons de s’indigner ne cessent de croitre. C’est pourquoi il importe de mettre cet imaginaire au service de refus multiples. Refus contraire, par sa double négation, en appelle à renouer avec la radicalité dans sa dimension positive, à envisager plus que jamais le refus comme force de résistance.

L’exposition montre l’engagement des artistes actuel.le.s à redéfinir les représentations culturelles, identitaires et de genres  à travers des formes performatives, poétiques et visuelles. Elle est un espace pour prendre le pouls de la vivacité des communautés artistiques et intellectuelles. À l’encontre des récits officiels qui ont célébré les œuvres picturales des automatistes, il s’agit ici de renouer avec l’essence de ce groupement en proposant un lieu d’échanges, d’occupations et d’actions. Refus contraire évoque les contre-histoires du manifeste : celles des femmes souvent évincées de la réception critique, celles d’approches interdisciplinaires dont la richesse esthétique est relue à l’aune des pratiques contemporaines.

Les œuvres réunies incarnent l’énergie et la quête de liberté de Refus global. L’espace de l’exposition, en constant changement, fait écho aux souhaits des signataires pour qui la puissance de transformation de l’art est essentielle au « mieux-être » collectif. Aujourd'hui, les artistes se réapproprient cet héritage pour exprimer leur refus et leur désarroi face à un avenir dont la responsabilité nous incombe.

Les commissaires

Doriane Biot est candidate au programme conjoint de maitrise en muséologie à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université de Montréal. Elle détient une maitrise en culture visuelle de l’Université d’Aberdeen (Écosse) et un baccalauréat en arts visuels et cinéma d’animation de l’École de recherche graphique (Belgique). À cheval entre la théorie et la pratique – cinéma d’animation, dessin, documentaire –, elle explore les représentations culturelles et de genre à travers différents médiums, s’intéressant particulièrement aux pratiques mêlant art et politique. En parallèle, elle accumule diverses expériences internationales en coordination et programmation de festivals, en animation ainsi qu’en montage et assistance technique vidéo.

Camille Richard est candidate à la maitrise en histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal. À travers ses recherches elle s’intéresse à un corpus de démarches conceptuelles, féministes et queers qui redéfinissent les notions traditionnelles des espaces d’exposition. Son mémoire porte sur les relations d’influence entre des pratiques artistiques contemporaines, l’architecture muséale et les fonctions institutionnelles. De plus, elle agit en tant que cocoordinatrice pour la série de conférences Hypothèses et comme coordonnatrice pour l’édition 2018 du Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul – L’art et le politique – sous la direction artistique de Sylvie Lacerte.

Véronique Hudon est doctorante en Études et pratiques des arts à l’Université du Québec à Montréal. Ses recherches portent sur le commissariat des arts vivants. Elle codirige l’ouvrage collectif Curating Live Arts à paraitre à l’automne 2018 (Berghahn Books). Auteure en résidence au Centre de création O Vertigo (CCOV, 2018), elle est impliquée dans le milieu de la danse contemporaine et du théâtre. Elle a cofondé la revue aparté | arts vivants (UQAM), dont elle a dirigé les trois premiers numéros, et elle collabore à plusieurs périodiques dans le domaine des arts.

RADAR

Refus contraire est l’exposition inaugurale de RADAR, une nouvelle initiative de la Galerie de l’UQAM destinée à la relève commissariale. Elle permet à un collectif d’étudiant.e.s des programmes de cycles supérieurs en histoire de l’art, muséologie ainsi qu’en arts visuels et médiatiques de l’UQAM, sélectionné.e.s par un jury, de contribuer à la définition, au développement et à l’organisation d’une exposition présentée dans le cadre de la programmation annuelle de la Galerie de l’UQAM.

Coordination : Philippe Dumaine
Comité consultatif : Jennifer Carter, Barbara Clausen, Marie-Fei Deguire, Louise Déry, Jean Dubois, Sophie Jodoin

Offre éducative

Visites commentées de l’exposition pour les groupes
Offertes sans frais, en français et en anglais, en tout temps.
Réservations requises auprès de Philippe Dumaine
514 987-3000, poste 3280, ou dumaine_allard.philippe@uqam.ca

Activités publiques – Descriptions (voir calendrier ici-bas)

Tous les évènements sont gratuits et ne requièrent aucune réservation.
Sauf mention contraire, les évènements ont lieu à la Galerie de l’UQAM.

Mémoire levée : lectures commentées du manifeste
Invité.e.s : Sophie Dubois, Ray Ellenwood
Animation : Doriane Biot, Véronique Hudon, Camille Richard

Jeudi 17 mai 2018, 16 h – 18 h

La chercheuse en littérature française Sophie Dubois analysera les écrits qui accompagnent le célèbre texte de Borduas, souvent ignorés par la réception critique, afin de renouveler la lecture du manifeste Refus global. L’historien de l’art Ray Ellenwood se penchera sur la dimension collective et sur l’engagement artistique du groupement interdisciplinaire. À travers ces différentes explorations du manifeste, l’histoire collective des automatistes qui mène à la publication sera abordée, tout autant, que la matérialité même du manifeste Refus global et sa réception critique.

Série Banana Peels (Trying Hard)
Interventions performatives avec Ellen Furey, Hanako Hoshimi-Caines, Dana Michel, Simon Portigal, Andrew Tay, Stephen Thompson

Horaire des interventions :
Vendredi 18 mai 2018, 15 h – 17 h
Samedi 19 mai 2018, 15 h – 17 h
Mardi 22 mai 2018, 15 h – 17 h
Mardi 5 juin 2018, 15 h – 17 h

Ces interventions ponctuelles dans l’espace de la galerie constituent un cycle de travail basé sur l’identité et l’histoire corporelle de chaque interprète. Les sessions fonctionnent comme une danse sociale, dans laquelle le/la performeur.e reconnait son corps colonisé, tout en se livrant à des moments d’abstraction afin d’échapper aux codes préconçus.

Résistances et présence autochtones
Invitées : Niki Little et Becca Taylor, commissaires de la 4e Biennale d’art contemporain autochtone, et les commissaires de Refus contraire.
Animation : Doriane Biot

Mardi 22 mai 2018, 12 h – 14 h

Cette discussion entend ouvrir un espace d’échange sur les perspectives de commissariat entourant l’art contemporain autochtone au Québec et au Canada. La décolonisation de l’espace d’exposition, la place des femmes artistes et commissaires et les possibles résistances en matière de pratiques artistiques et commissariales seront des thèmes qui guideront ce partage d’expériences et de connaissances. Cette discussion est organisée en résonnance avec la Biennale d'art contemporain autochtone níchiwamiskwém | nimidet | ma sœur | my sister, qui se déroulera à Montréal du 3 mai au 22 juin 2018.

Série Blank Cunts / quatuor en solos
Performances avec Pascale Drevillon, Alix Dufresne, Émilie Graton, Leticia Hamaoui, Alanna Kraaijeveld, Chloé Ouellet-Payeur, Marie-Pier Proulx, Marie-Ève Quilicot, Dave St-Pierre, Marilou Verschelden

Horaire des performances :
Mercredi 23 mai 2018, 12 h – 18 h
Jeudi 24 mai 2018, 12 h – 18 h 30
Vendredi 25 mai 2018, 12 h – 18 h
Jeudi 31 mai 2018, 12 h – 16 h
Vendredi 1er juin 2018, 12 h – 18 h

La série Blank Cunts / quatuor en solos regroupe quatre dispositifs in situ à activer par le collectif féministe Cool Cunts dans l’espace de la galerie. À travers une esthétique brute et des images fortes, les performeuses exposent leur résistance physique aux rôles imaginaires et sociaux octroyés aux femmes.

Ne faites pas honte à votre siècle
Lecture de Daria Colonna et performance de Cool Cunts

Jeudi 24 mai 2018, 17 h – 18 h 30

Voix et tableaux vivants trouveront résonance par le biais de la lecture de Daria Colonna et d’une performance de Cool Cunts. Le recueil de poésie de Colonna, Ne faites pas honte à votre siècle (2017), observe avec justesse l’endormissement social et les ravages du monde néolibéral. Cool Cunts offriront à travers leur performance de longue durée des images saisissantes en résonance avec la poésie de Daria Colonna.

Nous serons universel.le.s
Performance de Kamissa Ma Koïta
Présentée en collaboration avec le OFFTA

Samedi 26 mai 2018, 13 h

Suivie d’une discussion avec les performeu.rs.ses
Animation : Camille Richard

L’artiste propose une œuvre performative et expérimentale nourrie par les approches féministes, les mouvements altermondialistes et queers ainsi que par la culture populaire. Nous serons universel.le.s est une série de brèves manœuvres contextuelles et collaboratives, par lesquelles elle cherche à générer de l’empathie chez le public. À travers une expérience immersive, les visiteur.e.s seront amené.e.s à s’interroger sur les notions de privilèges sociaux et sur la sous-représentation de la communauté noire.

Série Corps collectif

Corporéité et matérialité féministe
Avec le collectif Cool Cunts
Animation : Véronique Hudon

Mercredi 30 mai 2018, 12 h 45

Décoloniser la danse entre identité et liberté
Invité.e.s : Andrew Tay, Stephen Thompson et d’autres artistes de Make Banana Cry
Animation : Véronique Hudon

Mercredi 6 juin 2018, 12 h 45

À mi-chemin entre la conférence, l’expérimentation et la discussion, ces échanges s’appuient sur le travail en arts vivants réalisé dans l’espace de la galerie par le collectif féministe Cool Cunts (30 mai) et par le groupe de collaborat.eur.rice.s autour du spectacle Make Banana Cry et de la série Banana Peels (Trying Hard) (6 juin).

Contre-histoires d’artistes femmes : du manifeste à aujourd’hui
Invitées : Patricia Smart, Anna Lupien
Animation : Camille Richard

Jeudi 31 mai 2018, 16 h – 18 h

Conversation entre l’historienne de l’art Patricia Smart concernant son ouvrage Les femmes du Refus gobal (1998) et l’artiste et sociologue Anna Lupien au sujet de son livre De la cuisine au studio (2012). Ensemble, les conférencières discuteront de leurs recherches sur l’apport des pratiques artistiques féminines au système de l’art québécois lors de la période moderne. En écho à l’exposition, l’échange se poursuivra autour du statut des femmes artistes contemporaines.

Sylvestres et survivantes
Lecture de toino dumas
Samedi 2 juin 2018, 15 h 30

L’écriture de toino dumas explore les thèmes d'écologie, d'identité de genre et de survie au capitalisme à travers la réimagination et l'écoute d'un monde en phase radicale de métamorphose. Iel lira des extraits de ses livres Au monde, inventaire (2015) et animalumière (2016).

Make Banana Cry, partie I
Spectacle avec Ellen Furey, Hanako Hoshimi-Caines, Dana Michel, Simon Portigal, Andrew Tay, Stephen Thompson
Samedi 2 juin 2018, 16 h

Make Banana Cry est un spectacle à la jonction de la danse contemporaine, de la performance et des arts visuels. L’univers s’inspire de la culture pop asiatique pour formuler un discours critique sur l’appropriation culturelle. Sous la forme d’un défilé de longue durée, le spectacle exorcise les stéréotypes culturels non occidentaux.

Visite commentée de Refus contraire
Avec les commissaires Doriane Biot, Véronique Hudon et Camille Richard

Samedi 9 juin 2018, 14 h

Longue table : les oranges sont vertes
Avec les artistes de l’exposition
Hôtes : Doriane Biot, Véronique Hudon et Camille Richard

Vendredi 15 juin 2018, 14 h 30 – 16 h 30

Une longue table, des chaises, une nappe en papier et des stylos pour faire des commentaires, dessiner ou griffonner des idées. Une liste de règles d'engagement jette les bases d'une discussion structurée dans son aspect participatif sans être limitée dans le contenu ou l'accès. Dans un esprit de convivialité, les commissaires accueillent les artistes et le public pour échanger de manière spontanée autour de l’exposition.

Si le refus avait une forme
Paroles, poésie et performances suivies d’un micro-ouvert
Invité.e.s : Oana Avasilichioaei, Sarah Chouinard-Poirier, Benoit Jutras, Soleil Launière, France Théoret

Vendredi 15 juin 2018, 17 h
Au Ginkgo café & bar, 308 rue Ste-Catherine Est

Dans l’esprit du manifeste, une soirée où parole, poésie et performance sont portées par des refus multiples. Les poètes France Théoret, Benoit Jutras et Oana Avasilichioaei ainsi que l'artiste multidisciplinaire Soleil Launière et la performeuse Sarah Chouinard-Poirier ouvriront la soirée avec des textes et actions empreints d’une énergie forte. Dès le début de l’exposition, un appel à contributions au micro-ouvert sera lancé afin d’inviter les artistes et les intellectuel.le.s loca.ux.les à renouer avec les formes de négation. En opposition avec l’acquiescement général qui marque notre temps, cette soirée résiste au consensus ambiant.

Activités publiques - Calendrier (cliquez pour voir en plus grand)

2018_RefusContraire_Calendrier_g

Le carnet éducatif

La Galerie de l'UQAM publie un carnet éducatif offert aux visiteurs pour les guider dans leur parcours de l'exposition.
Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

 

Partenaires

CCFA_BW_black_96_f      Calq_noir

logo-02       Euguelionne_black-01


2018_LaferteCoutu_gAlexia Laferté-Coutu, Ancienne minoterie : les angles adoucis des encadrements moulures, 2018, verre coulé, pigments, anthémis

Alexia Laferté-Coutu. Leurs ombres centenaires

Finissante de la maitrise en arts visuels et médiatiques, UQAM

16 mai – 16 juin 2018
Vernissage : mardi 15 mai, 17 h 30

[Plus d'informations]

La Galerie de l’UQAM accueille l’exposition Alexia Laferté-Coutu. Leurs ombres centenaires. L’artiste, finissante à la maitrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM, y offre une réflexion complexe sur nos rapports à l’architecture et à l’histoire. Par le geste de pression d’argile souple sur la surface extérieure de bâtiments, Alexia Laferté-Coutu cherche à générer un rapport actif à la sculpture.

L’exposition

Les sculptures aux formes énigmatiques d’Alexia Laferté-Coutu sont issues d’un processus d’addition et de soustraction de matière à même la surface d’architectures historiques. Les masses ainsi formées ont été cristallisées. Elles portent tantôt le sceau du bâtiment et celui du geste de pression effectué, tantôt celui des coulées du verre ou de la dentelle du moule. Ces caractéristiques nous renvoient à la fluidité que la matière adoptât jadis, et pourrait adopter à nouveau. Par cette idée de réversibilité de la matière et de ses formes, la technique du moulage est associée à une manière de voir le monde en mouvement, tout en imaginant son potentiel de transformation comme étant sculptural en soi.

Le procédé renvoie à celui du cataplasme, thérapeutique ancienne qui consiste à appliquer sur une partie du corps un mélange d’argile et de plantes ayant la propriété d’absorber les toxines en activant la circulation sanguine. Le cataplasme, proche de la technique du moulage, devient ici un procédé d’enregistrement sensible et tangible par lequel sont transférées des énergies capables de traverser la pierre, l’argile, le verre. Les sculptures apparaissent ainsi comme des ponts par lesquels s’articulent les relations/rapports intangibles entre la substance fluide et la forme cristallisée, le geste et l’architecture, l’histoire et l’objet sculptural.

Dans la mesure où le morcèlement d’éléments multiplie leurs manières d’apparaitre au monde, la sculpture se présente ici comme un acte de fragmentation du réel offrant des potentialités associatives et l’amorce d’un mouvement vers l’extérieur. Cela tend vers l’instauration de rapports fluides et pluriels à l’architecture et à l’histoire, entités dont les structures sont a priori rigides ou linéaires.  

L’artiste

Alexia Laferté-Coutu est née en 1990 à Montréal, où elle vit actuellement. Suite à ses études en musique, elle a complété un baccalauréat en Beaux-arts à l’Université Concordia (2013) et a étudié la sculpture à l’Université Bauhaus (Weimar). Ses installations, sculptures et performances ont été présentées au sein d’expositions collectives à Montréal et en Allemagne.
alexialafertecoutu.com

Activités publiques

Présentation d’artiste : Alexia Laferté-Coutu
Dans le cadre de la série L’art observe

Mardi 12 juin 2018, 12 h 45
Galerie de l’UQAM
En français
Entrée libre

Visites commentées de l’exposition pour les groupes
Offertes sans frais, en français et en anglais, en tout temps.
Réservations requises auprès de Philippe Dumaine
514 987-3000, poste 3280, ou dumaine_allard.philippe@uqam.ca

Partenaires

CCFA_BW_black_96_f      Calq_noir



Conseil des arts du Canada Conseil des arts du Canada

GALERIE DE L’UQAM

Université du Québec à Montréal
1400, rue Berri, Pavillon Judith-Jasmin, Local J-R 120
Montréal, Québec
Ouvert du mardi au samedi, de midi à 18h.
Entrée libre