Alain Paiement, Parages [Partir d'où j'habite], 2002-2004, tirage chromogène Lambda monté sur composite plastique/aluminium, 48,1 x 120,5 cm, © Galerie de l'UQAM (2004.5.1-4)Alain Paiement, Parages [Partir d'où j'habite], 2002-2004, tirage chromogène Lambda monté sur composite plastique/aluminium, 48,1 x 120,5 cm, © Galerie de l'UQAM (2004.5.1-4)

libre < échange. extraits de la collection
Edmund Alleyn, Michel Boulanger, Geneviève Cadieux, Kate Craig, Mario Côté, Lucio de Heusch, Pierre Dorion, Chantal duPont, Jocelyn Jean, Nicole Jolicœur, François Lacasse, Paul Landon, Alain Paiement, Sylvie Readman, Anne Ramsden, Monique Régimbald-Zeiber, Jocelyn Robert, Nancy Spero, Françoise Sullivan et David Tomas

Curator: Marie-Ève Beaupré


January 12 to February 10, 2007
Opening: Thursday, January 11, 5:30 p.m 

 

[More information - French only]

La Galerie de l’UQAM expose, du 12 janvier au 10 février 2007, les nouvelles acquisitions de l’Université. L’exposition libre < échange, conçue par la jeune commissaire Marie-Eve Beaupré, réunit une sélection d’œuvres prélevées de manière à composer une mosaïque rendant visibles leurs problématiques et les parentés qui les associent.

La collection

Née d’une importante donation de l’École des beaux-arts de Montréal en 1969 et depuis nourrie par l’acquisition ponctuelle d’œuvres d’artistes contemporains, la Collection d’œuvres d’art de l’Université du Québec à Montréalpoursuit son développement, parallèlement aux activités de diffusion et d’édition de la Galerie de l’UQAM. Au cours des quatre dernières années, cette collection s’est enrichie de la production de nombreux artistes qui témoignent des préoccupations actuelles du milieu de l’art. Les principaux axes de sa collection réunissent la production récente d’artistes du Québec - celle des dix dernières années - avec un intérêt particulier pour les créateurs issus du corps professoral et les diplômés en arts de l’UQAM.

L’exposition

Dans le cadre de libre < échange, quatre accrochages se succéderont au cours des quatre semaines de l’exposition : Les desseins de la couleur, La peau de l’œuvre, La fenêtre ouverte et Entre fracture et césure. Ces quatre sous-titres favorisent des apartés propices à des connivences formelles et des dialogues entre les démarches. Ils proposent aussi un projet qui porte son attention sur ce qui circule entre les œuvres et entre les générations.

Au fil des différents accrochages, les disparitions et permutations s’additionneront. Certaines œuvres étant ajoutées, échangées ou déplacées, la perception que le visiteur portera à la fois sur celles-ci et sur l’ensemble de l’exposition sera renouvelée à chaque visite, la migration des œuvres dans l’espace faisant écho à la mobilité du regard. Au rythme de cette chorégraphie d’accrochages, les enjeux liés aux questions de l’identité et de l’autoreprésentation, les dualités soulevées entre les espaces collectifs et individuels, les stratégies narratives que sont entre autres la discontinuité et le morcellement seront abordés par les travaux sélectionnés.

Les artistes

Les murs de la Galerie accueilleront des œuvres d’Edmund Alleyn, Michel Boulanger, Geneviève Cadieux, Kate Craig, Mario Côté, Lucio de Heusch, Pierre Dorion, Chantal duPont, Jocelyn Jean, Nicole Jolicœur, François Lacasse, Paul Landon, Alain Paiement, Sylvie Readman, Anne Ramsden, Monique Régimbald-Zeiber, Jocelyn Robert, Nancy Spero, Françoise Sullivan et David Tomas.

La commissaire

Marie-Eve Beaupré travaille avec l’équipe de la Galerie de l’UQAM depuis l’automne 2004 et poursuit des études de 2e cycle en histoire de l’art à l’UQAM. Elle porte un intérêt particulier aux pratiques actuelles de la monochromie et elle collabore à diverses revues, dont Parachute et Spirale. Après avoir initié et organisé de nombreux projets étudiants, libre < échange est son premier commissariat professionnel.

Appuis

Conseil des Arts du Canada et Université du Québec à Montréal

Lucie Robert, Empreinte no.2, 2004, pigment et fil cousu sur papier, 42 x 35 cm, © Lucie Robert© Lucie Robert, Empreinte no.2, 2004, pigment et fil cousu sur papier, 42 x 35 cm

Lucie Robert. Traces et empreintes

Graduating master's student in visual and media arts, UQAM

 

January 12 to February 10, 2007
Opening: Thursday, January 11, 5:30 p.m. 

 

[More information - French only]

La Galerie de l’UQAM présente, du 12 janvier au 10 février 2007, Traces et empreintes de Lucie Robert, une sélection de dessins et une vidéo réalisés sur le thème de l’interdépendance. Habitée par l’expérience de la maternité, l’artiste s’intéresse aux phénomènes physiques et psychiques qui permettent le passage de la fusion à la séparation dans la relation mère-enfant. Projection, incorporation et dyade sont quelques-unes des notions qui inspirent les dispositifs, la structure et le sujet des œuvres.

En écho à l’importance du toucher chez le nouveau-né, Lucie Robert se concentre sur une approche tactile du dessin, privilégiant davantage la trace que la ligne dessinée. Toucher, frotter, écraser, coudre, déchirer prennent source dans le double désir de liaison et de détachement et deviennent les indices d’une friction avec le monde. Chaque geste, chaque direction engage le corps et surtout la main dans un processus réflexif où sujet et objet s’incluent par le jeu d’empreintes.

En travaillant à partir d’un vocabulaire simple et abstrait, en utilisant le support papier comme surface sensible, l’artiste réfère au corps, à ses dimensions phénoménologiques et psychiques tout autant qu’à l’espace et au temps — ouverture, porosité, fragmentation.

Les dessins sont à la fois un acte de commémoration et un événement, une traversée, un devenir qui recentre l’attention sur l’acte même de dessiner.

Appui

Fonds québécois de recherche sur la société et la culture

Sébastien Cliche, Principes de gravité, 2005, œuvre Web. © Sébastien Cliche© Sébastien Cliche, Principes de gravité, 2005, œuvre Web

basculer
BGL, Sébastien Cliche, Claudie Gagnon, Philomène Longpré, Yann Pocreau

Curators: Julie Bélisle, Mélanie Boucher, Audrey Genois


February 23 to March 31, 2007
Opening: Thursday, February 22, 5:30 p.m. 

 

[More information - French only]

La Galerie de l’UQAM présente basculer, une exposition collective conçue par trois commissaires de la relève, Julie Bélisle, Mélanie Boucher et Audrey Genois, du 23 février au 31 mars 2007. Les jeunes commissaires ont pris le parti de réfléchir à trois voix et de faire du processus du commissariat une démarche expérimentale. Elles ont choisi de se confronter à une triple situation : investiguer du côté d’œuvres auxquelles il paraît possible d’accéder aisément, comme si en faire l’expérience n’exigeait aucun pré requis; travailler avec des artistes d’une même génération réunis autour de trois pôles, soit l’apparence familière des œuvres, l’expérience participative qu’elles proposent aux visiteurs et le basculement inhérent à leur saisissement; et faire du processus même du commissariat une démarche expérimentale reposant sur l’interaction. Les artistes invités sont BGL, Sébastien Cliche, Claudie Gagnon, Philomène Longpré et Yann Pocreau.

L’exposition basculer réunit ainsi des œuvres qui ont la particularité d’exploiter ce qui semble être proche et envoûtant, afin de provoquer un questionnement sur les modes de vie personnels et collectifs contemporains. Par des effets de glissements, de retournements, de démesures et de simulations, ce qui est donné à voir se transforme à mesure que nous approchons, révélant une part d’extravagance, voire de tristesse ou même de tragédie. Les œuvres choisies appartiennent à différents médiums – installation, art Web, photographie, vidéo – et feront l’objet d’une première présentation publique.

Dès le début de leur parcours, les visiteurs seront donc conviés à mettre le monde entre parenthèses, comme si le réel était cette fois accessible par le biais des mises en scène, des mises en images et des mises en objets proposées par les artistes réunis.

Intervention théâtrale

Dans le cadre de La Nuit blanche du Festival Montréal en lumière, l’artiste Claudie Gagnon offrira aux noctambules une activité spéciale. Accompagnée de comédiens et de musiciens, elle présentera une série de tableaux vivants intitulés L’âne pittoresque et la muette spectaculaire. Dans un décor fantaisiste, les visiteurs nocturnes découvriront d’intrigants personnages aux postures figées reproduisant des « effets de tableaux ». Les actions seront subtiles, les effets saisissants. Les tableaux vivants de Claudie Gagnon marient les arts visuels au théâtre de même que l’humour à la poésie pour mieux surprendre et émerveiller. Horaire : 23 h à 1 h. La Galerie sera ouverte de 20 h à 3 h.

L’événement réunira la participation des comédiens Félix Leblanc, Jocelyn Théberge, Sylvain Décarie, Martin Bélanger, du musicien Frédéric Lebrasseur, ainsi que de l’assistance de Catherine Gauthier à l’habillage et au maquillage.

Les appuis

L’exposition est présentée avec l’appui du Conseil des Arts du Canada, de l’Université du Québec à Montréal, du Centre interuniversitaire des arts médiatiques (CIAM), de Laminatek inc. et du Laboratoire photo Boréalis. La présentation de Claudie Gagnon a été rendue possible grâce à l’appui de la Nuit blanche du Festival Montréal en lumière et du Conseil des Arts du Canada.

Les artistes

Diplômé de l’Université Laval, le collectif BGL (Jasmin Bilodeau, Sébastien Giguère et Nicolas Laverdière), de Québec, se démarque depuis une dizaine d’années par une pratique singulière. Reconnaissable par son esthétique tout aussi ludique qu’accrocheuse, son art issu du quotidien se veut une critique caustique d’un idéal de bonheur. Depuis 1996, le trio multiplie les expositions tant individuelles que collectives – Effet de mode et autres pirateries du genre, Galerie Optica (Montréal, 2006), Se la jouer commercial, Art Mûr (Montréal, 2006), Need to believe, Mercer Union, (Toronto, 2005), Sous les ponts, le long de la rivière II, Casino Luxembourg, (Belgique, 2005). En 2001, le Musée d’art contemporain de Montréal leur consacrait une importante exposition individuelle. Leurs œuvres sont présentes dans les collections du Musée national des beaux-arts du Québec et du Musée des beaux-arts de Montréal. BGL fera partie de la prochaine Biennale de Montréal et de la Triennale de sculpture Artefact.

Sébastien Cliche est détenteur d’un baccalauréat en arts visuels de l’UQAM (1995) et il travaille à Montréal. En tant qu’artiste multidisciplinaire, il s’intéresse aux menaces potentielles qui révèlent la fragilité humaine. À travers la photographie, le Web, le son ou le dessin, il crée des espaces dramatiques où les anxiétés et les peurs sont au centre de l’intrigue. Il a présenté son travail lors de nombreuses expositions individuelles, notamment à la Galerie 101 (Ottawa), à Forest City Gallery (London, Ontario), au Centre des arts actuels SKOL (Montréal) ainsi qu’à L’Œil de Poisson (Québec). On retrouve aussi l’artiste au sein de projets collectifs comme Le Salon de l’agglomérat présenté au Centre d’art et de diffusion Clark (Montréal, 1999) et L'échelle humaine, un projet d'échange autour des espaces publics avec la communauté de Sept-Îles (2005). Cette année, il est également commissaire d’une exposition collective qui sera présentée à Clark, à partir du mois de mars.

Claudie Gagnon vit et travaille à Issoudun, près de Québec. Depuis plus de quinze ans, elle conçoit des installations ambitieuses et fantaisistes qui reposent sur l’objet usuel. Les œuvres de l’artiste sont des accumulations de menus éléments qui exigent un minutieux labeur et leur qualité théâtrale a été exploitée dans de nombreux spectacles de tableaux vivants. Elle a participé à l’exposition Le Ludique, d’abord présenté au Musée national des beaux-arts du Québec en 2001, et à Métissages, un projet conçu par Robert Lepage et montré au Musée de la civilisation de Québec en 2000. En 2003, l’artiste faisait partie de Orange, L’événement d’art actuel de Saint-Hyacinthe. Le Musée d’art de Joliette et Expression, Centre d’exposition de Saint-Hyacinthe, sont partenaires dans la réalisation d’une rétrospective qui sera prochainement consacrée à son travail.

Philomène Longpré détient un baccalauréat en arts visuels de l’Université Concordia et une maîtrise en art et technologie de la School of Art Institute de Chicago. Son travail juxtapose des écrans vidéo robotiques, des personnages et des sons abstraits, pour générer de nouvelles communications entre les visiteurs et leur environnement. Depuis 1999, elle a réalisé plusieurs « œuvres-systèmes » fonctionnant principalement via le langage gestuel et émotionnel. Ses projets ont notamment été présentés à la Parisian Laundry (Montréal, 2007), à Oboro (Montréal, 2004) et à la Société des arts technologiques (Montréal, 2003), ainsi que dans de nombreux festivals internationaux d’art électronique dont Digifest (Toronto, 2004), FILE (Sao Paulo, 2004) et Nexus (Bangkok, 2004). L’institut de recherche Hexagram lui décernait en 2003 son prix Excellence. Elle a participé à un programme d'échange d'un an à l'Université du Nouveau-Mexique ainsi qu’à un projet de résidences en Asie du Sud.

Yann Pocreau détient un baccalauréat en histoire de l’art et poursuit une maîtrise en arts visuels et médiatiques (UQAM). Dans ses photographies, il se met en scène dans des environnements qui sont souvent banals, mais qui mènent à une réflexion sur les dimensions physiques et psychiques associées aux représentations de soi. Il écrit sur l’art actuel pour diverses revues spécialisées et ses recherches sont orientées, entre autres, par les enjeux de la photographie, ses stratégies de mise en espace et ses qualités narratives. Yann Pocreau travaille la photographie couleur, la vidéo et de plus en plus l’écriture comme médium artistique. En 2006-2007, il effectua un stage à l’École nationale supérieure des arts décoratifs à Paris et une résidence d’artiste à Huesca en Espagne. Il est récipiendaire d’une bourse de recherche du CRSH.

Les commissaires

Julie Bélisle détient une maîtrise en muséologie et travaille à la Galerie de l’UQAM comme chargée de projet pour l’exposition virtuelle La science dans l’art. Elle poursuit des études de doctorat en histoire de l’art (UQAM-HEC) où elle s’intéresse aux processus de collecte et d’accumulation dans l’art contemporain. Elle a publié des articles concernant l’acte artistique dans l’espace urbain, collabore à titre d’auteure avec les collectifs Pique-nique et Perte de Signal et participe à des projets de recherche sur la culture matérielle.

Mélanie Boucher est détentrice d’une maîtrise en muséologie. Elle poursuit actuellement un doctorat en histoire de l’art (UQAM), sur l’usage d’aliments dans les pratiques performatives. Elle a été commissaire de plusieurs expositions, notamment produites par le Musée national des beaux-arts du Québec (2002), le Musée régional de Rimouski (2002) et Expression, Centre d’exposition de Saint-Hyacinthe (2003, 2004, 2006). En 2003, elle était co-commissaire de Orange, L’événement d’art actuel de Saint-Hyacinthe, une manifestation dont elle a aussi dirigé la publication. En 2005, elle a reçu le Prix relève de la Société des musées québécois, tandis qu’elle travaille présentement à une rétrospective de l’œuvre de Claudie Gagnon.

Audrey Genois, diplômée de la maîtrise en muséologie de l’UQAM, s’est jointe à l’équipe de la Galerie de l’UQAM, en 2002, à titre de gestionnaire de la collection et de coordonnatrice des expositions et des publications. Depuis, elle a été commissaire de trois expositions : Pierre Gauvreau : dessins de jeunesse 1936-1948 (Galerie de l’UQAM et Centre d’exposition de Baie-Saint-Paul, 2003), Glissements. Art et écriture (Galerie de l’UQAM, 2005 / co-commissariat avec Louise Déry) et Marie-Josée Laframboise. Infiltration (Musée d’art moderne et d’art contemporain de Nice, 2006).

Frédéric Lavoie, Les unités, 2007, installation vidéographique et sonore. © Frédéric Lavoie© Frédéric Lavoie, Les unités , 2007, installation vidéographique et sonore

Frédéric Lavoie. Les unités

Graduating master's student in visual and media arts, UQAM


February 23 to March 31, 2007
Opening: Thursday, February 22, 5:30 p.m.

 

[More information - French only]

La Galerie de l’UQAM présente, du 23 février au 31 mars 2007, l’installation Les unités de Frédéric Lavoie, un dispositif audio-vidéographique qui occupe l’espace de la Galerie. Ayant utilisé le lieu d’exposition comme espace de tournage, l’artiste a filmé, un élément à la fois, des agents de sécurité, des cyclistes, des employés d’entretien, un chat, des bouts de papiers, ainsi que de la fumée et il les fait se rencontrer à l’écran, dans un récit imaginaire. Entre tous ces passants prennent place des jeux de cache-cache et d’imitation, des moments de poursuites, de bifurcations et d’arrêts. L’œuvre témoigne ainsi du passage à l’image de ces éléments.

Le récit prend forme autour de la figure du flâneur, élément pivot de la figuration du corps, à situer entre celle de l'acteur et celle du figurant, entre l’étape de la mise en scène et celle de l'observation. Du flâneur au poursuiveur, entre le fait de passer en solitaire et celui de suivre quelqu’un, l’artiste opère un glissement qui permet au récit de décupler les significations liées au passage de chaque individu à l’image. Dans la succession du récit, Frédéric Lavoie s’intéresse à la déambulation et à « l’être-ensemble » qu’impose le fait de marcher à la suite de quelqu’un. L’artiste utilise ainsi le tournage comme laboratoire expérimental, posant un regard anthropologique sur des comportements qu’il est amené à observer.

L’installation montre également l’écart qui existe entre l’expérience d’un lieu et sa représentation vidéographique. Ici, les images et les sons s’inscrivent donc entre la tricherie et des effets de réel afin de projeter l’attention du visiteur sur le lieu dans lequel il se trouve.

Activité dans le cadre de l’exposition : Des lignes de hauteur

Dans le cadre de La Nuit blanche du Festival Montréal en lumière, le public est invité à participer au tournage d'une vidéo avec l'artiste Frédéric Lavoie. Dans cette activité, les visiteurs traverseront un à un l'espace d'une classe afin de marquer à la craie leur hauteur au tableau. Les lignes tracées s'accumuleront les unes sur les autres et permettront de connaître la hauteur moyenne du public. Chacune des interventions filmées fera partie d'une œuvre à venir. Horaire : 22h00 à 1h00. La Galerie sera ouverte de 20h00 à 3h00 a.m.

L’artiste

Frédéric Lavoie vit et travaille à Montréal. Détenteur d’un baccalauréat en anthropologie de l’Université de Montréal, il est finissant à la maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM. Son travail a fait l’objet d’expositions individuelles dont La Dynamo au Centre des arts actuels Skol (2006), L’habitat naturel à la Maison de la culture Frontenac (2005) et L’angle mort à la Galerie B-312 (2005). Il a également participé à des expositions collectives présentées au Musée régional de Rimouski, au Centre Amherst, ainsi qu’à des événements organisés par Dare-Dare et par le collectif Pique-Nique.

Appui

Centre interuniversitaire des arts médiatiques (CIAM)

2007_printemps_pExhibition view, Printemps Plein temps 2007.

Printemps Plein temps 2007

Graduating students from the undergraduate program in visual and media arts, UQAM

 

April 13 to 21, 2007
Opening: Thursday, April 12, 5:30 pm

 

[More information - French only]

La Galerie de l’UQAM présente Printemps Plein temps 2007, du 13 au 21 avril prochain, une exposition qui dévoile les travaux des étudiants finissants du programme de baccalauréat en arts visuels et médiatiques, profil enseignement et profil pratique artistique. Le vernissage aura lieu le 12 avril, à 17h30.

Printemps / Plein temps 2007, organisée en collaboration avec l’École des arts visuels et médiatiques, témoigne de la liberté et de la vivacité créatrice des étudiants et révèle plusieurs préoccupations de la relève. Elle permet par la même occasion de rendre compte du professionnalisme de ces nouveaux diplômés et montre la richesse et la diversité des approches abordées dans le cadre du programme de baccalauréat de l’École, qui privilégie une formation pluridisciplinaire.

L’exposition sera inaugurée le soir du vernissage par Monsieur Robert Saucier, directeur de l’École des arts visuels et médiatiques et Monsieur Thomas Corriveau, directeur des programmes de 1er cycle en arts visuels et médiatiques. De plus, cette soirée s’inscrit dans le cadre d’une grande fête de fin d’année, au cours de laquelle, les étudiants des projets primés recevront le Prix d’excellence Jacques-de-Tonnancour, le Prix d’excellence Irène-Sénécal, le Prix d’excellence Robert-Wolfe, la Bourse Charest-Wallot, le Prix Marie-France Desmeules en estampe, la Bourse Pierre-Luc D’Orsonnens de la Fondation de l’UQAM et le Prix Diagonale du Centre des arts et des fibres du Québec.

Une publication regroupant les travaux des étudiants finissants sera lancée lors de la soirée du vernissage.

The Lovers, 2004. Photo : Oren Slor. Avec l’aimable autorisation d’Andrea Rosen GalleryDavid Altmejd, The Lovers, 2004. Photo: Oren Slor. Courtesy: Andrea Rosen Gallery

David Altmejd

Curator: Louise Déry

 

May 11 to July 8, 2007
Opening: Thursday, May 10 at 5:30 p.m.

 

[More information]

The Galerie de l’UQAM is offering the public a chance to appreciate — or to discover — the artist David Altmejd, who will represent Canada at the 2007 Venice Biennale. An exhibition devoted entirely to his work has been organized by the curator and director of the Galerie de l’UQAM, Louise Déry, as part of the Biennale de Montréal. Entitled simply David Altmejd, it features works spanning the past ten years. The exhibition, open to the public from May 11 to July 8, 2007, and accompanied by a catalogue by Louise Déry, will be Altmejd’s largest exhibition yet in Canada. The artist will be in Montreal for the opening, May 10 at 5:30 p.m.

David Altmejd

Altmejd was chosen to represent Canada at the 2007 Venice Biennale (June 10 to November 21, 2007), and he will present two monumental works there: The Index and The Giant 2. Dividing his time among London, New York, and his hometown, Montreal, the artist has, in just a few years, attracted interest from contemporary art critics and specialists on the international scene. Born in Montreal in 1974, David Altmejd is represented by Andrea Rosen Gallery (New York) and Stuart Shave/Modern Art (London). He has degrees in visual art from UQAM (BA, 1998) and Columbia University (MFA, 2001). He has exhibited in Québec (Galerie de l’UQAM, Skol, Optica, Clark, B-312), the United States (Andrea Rosen Gallery, Whitney Museum) and Europe (Kunsthalle Frankfurt, Kunstmuseum Bonn, Museum Ludwig).

The artist

The singularity of David Altmejd’s work is revealed through five major works that show his interest in energy and bodily transformation, as well as his predilection for contrasting aesthetic tensions and issues of formalism and postmodernism. He scrutinizes the features of many a ghost from earlier artistic traditions—the pedestal, the ornament, the recumbent tomb figure, the vanitas, the relic, the replica—transforming them with scintillating mirror effects. His works have a labyrinthine complexity: pastiches and fragments of bodies are deployed in an exuberantly theatrical decor, decorated with glitter and jewellery, charms, crystals, flowers, squirrels, and more.

The curator

Curator, author and teacher, Louise Déry holds a doctorate in Art History and has been Director of the Galerie de l’Université du Québec à Montréal since 1997. She was previously a curator at both the Musée national des beaux-arts du Québec and the Montreal Museum of Fine Arts, and has published more than 50 exhibition catalogues. In 2006, she was named curator of the Canadian Pavilion at the 2007 Venice Biennale after proposing an exhibition of the works of David Altmejd. An enthusiastic promoter of the artist’s work in Canada, Déry also organized a travelling David Altmejd exhibition, which circulated throughout the country. She has been showing Altmejd’s work since 2000.

A first catalogue

In the first catalogue devoted to the artist, we find an essay by Louise Déry that covers 10 years of the artist’s production and explains the principal aspects of his research and his art. More than 60 colour reproductions accompany the text, abundantly documenting his work, in particular The University 2, an important sculpture created in 2004 and acquired by the Guggenheim Museum, and Delicate Men in Positions of Power, created by Altmejd for the Whitney Biennial Exhibition in 2003 and subsequently acquired by the Whitney Museum. The catalogue was designed by Marc-André Roy of Makara.

In June, as part of the 2007 Venice Biennale, the Galerie de l’UQAM will publish a second book presenting the two works specially created for the Canadian Pavilion. This publication has been designed by Uniform.

David Altmejd at the Glerie de l'UQAM, fro; May 11 to july 8, 2007, is an excellent opportunity to experience an array of works by this exceptional young artist.

Acknowledgements

The Galerie de l’UQAM’s production of the travelling exhibition David Altmejd was made possible thanks to the support of the Ministry of Canadian Heritage and the Canada Council for the Arts. Aeroplan also assisted in the circulation of the exhibition, via its cultural event sponsorship program.

Canada’s official presence at the Venice Biennale and the production of the exhibition David Altmejd: The Index were made possible thanks to the financial and administrative support of the Canada Council for the Arts, the Foreign Affairs and International Trade Canada and the National Gallery of Canada. The Ministère de la Culture et des Communications du Québec, the Ministère des Relations internationales du Québec, the Conseil des arts et des lettres du Québec, the Conseil des arts de Montréal, the Ville de Montréal and Tourisme Montréal also supported the project. DHC/ART Foundation for Contemporary Art, the Galerie de l’UQAM’s exclusive private partner, offered exceptional support in organizing the exhibition. Aeroplan is the official sponsor of the Galerie de l’UQAM.

2007_altmejd_logos

 


Douglas Gordon Faire le mort. En temps réel, 2003, Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa © Douglas Gordon. Photo : © MBAC © Douglas Gordon Faire le mort. En temps réel, 2003, Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. Photo : © MBAC

Douglas Gordon. Play Dead. Real Time

Curator: Marie Fraser

 

September 7 to October 6, 2007
Opening: Friday, September 7, 5:30 p.m

A touring exhibition organized by the National Gallery of Canada

 

[More information]

On Friday, September 7, 2006, the Galerie de l’UQAM will officially open Montreal's first one-person exhibition devoted to the work of Douglas Gordon, a Scottish artist very much in view on the international scene. This exhibition, a touring show featuring Gordon's Play Dead: Real Time, was organized by the National Gallery of Canada and is presented as part of Le Mois de la Photo à Montréal. The theme for this 10th installment of the event, curated by Marie Fraser, is Replaying Narrative.

The exhibition

The exhibition brings together two major works executed in 1995 and 2003. In each, the narrative element is determined by duration in real time. With Play Dead: Real Time, Gordon explores the absence of narrative organization by presenting the action of a scene within its own temporal frame. In response to the the orders of its driver, Minnie, a four-year-old Indian elephant, performs a variety of tricks that include standing still, moving forward, backing up, getting up from a lying position, begging and playing dead. Filmed in the immaculate environment of the Gagosian Gallery in New York, Minnie's tricks are projected in total silence onto two elephant-size screens and on a monitor placed on the floor.

Gordon re-visits his exploration of narrative absence with 5 Year Drive-By, a slow-motion projection of John Ford's cowboy classic The Searchers. This 113-minute film is screened in such a way that the time of the story corresponds to its real-time duration of five years. The image is almost completely still and the narrative character of the film disappears in the ensuing inaction. The cinematographic movement is thereby reduced to the immobility of the photograph.

The artist

Born in 1966 in Glasgow (United Kingdom), Douglas Gordon lives and works there as well as in New York. Since the 1990s, he has been interested mainly in collective memory and popular culture. He deconstructs classic Hollywood narratives by using video installations to transform their projection parameters. This technique dissolves the narrative element, providing viewers with a reception experience akin to that involved in looking at photographs.

Gordon has received many prestigious contemporary art prizes including the Guggenheim Museum's Hugo Boss Prize (1998), the Venice Biennale's Premio 2000 (1997) and the Tate’s Turner Prize (1996). He is represented by the Gagosian Gallery of New York and the Galerie Yvon Lambert of Paris, among others. Works of his can be found in the collections of major international galleries like the Tate Modern (London), the Museum of Modern Art (New York), the Hirshhorn Museum and Sculpture Garden (Washington, D.C.), as well as in the British Art Council Collection. In recent years, several large-scale retrospectives have been devoted to his work. These include, for instance, one in the Kunstmuseum Wolfsburg in Germany (2007) and one in the Museum of Modern Art in New York (2006). Recently, the film Zidane, A Portrait of the 21th Century (2006), made in conjunction with Philippe Parreno, was presented in Montreal by the DHC - ART Foundation for Contemporary Art.

Le Mois de la Photo à Montréal

Le Mois de la Photo à Montréal is a biannual event devoted to contemporary photography. Its 10th installment, which runs from September 6 to October 21 this year, consists of some 30 one-person exhibitions spread over various locations in the Greater Montreal area. The featured artists, who come from Canada, the United States, Mexico, South America, Europe and Asia, will enable viewers to discover the various issues involved in narrative and call narrative devices into questions.

www.moisdelaphoto.com

Supports

The Galerie de l’UQAM has received touring exhibition support from the Department of Canadian Heritage and from the Canada Council for the Arts.

Michel de Broin, L’engin et Silent Screaming, 2006.  © Michel de Broin Photo : Patrick Altman, Musée national des beaux-arts du Québec© Michel de Broin, L’engin et Silent Screaming, 2006. Photo : Patrick Altman, Musée national des beaux-arts du Québec

Michel de Broin. Machinations

Curator: Nathalie de Blois

 

October 19 to November 24, 2007
Opening: Thursday, October 18, 5:30 p.m.

 

[More information]

At 5:30 p.m. on October 18 of this year, the Galerie de l’UQAM is opening Michel de Broin: Machinations, an exhibition devoted to a prolific artist who is very active in Canada as well as on the international scene. In an atmosphere of ambiguity, De Broin is presenting two recent installations that question reality by taking a stand against evidence, digging deep into what passes for truths and ferreting out the errors they contain. The exhibition was curated by Nathalie de Blois and produced in conjunction with the Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ). The Galerie de l’UQAM is inviting you to a special tour of the exhibition in the company of the artist and curator on October 18 at 5 p.m.

The Exhibition

Michel de Broin: Machinations brings together works that create an atmosphere of uncertainty, apprehension and menace which blurs the boundaries between art and invention, reality and fiction, politics and poetics.

With L’engin, presented for the first time in 2006 at the MNBAQ, Michel de Broin has created an intriguing work in the shape of a monumental egg-shaped object that takes up the main space of the gallery. The introduction of this enigmatic machine into the space recalls the terrorist attack on the Pentagon on September 11, 2001. No pieces were subsequently found on this site that would have made it possible to convincingly identify the Boeing 757-200 that supposedly crashed into the front of the imposing government building. Many people were skeptical about the official White House explanation, which claimed that the aircraft disintegrated “in the belly” of the building upon impact. Others leaned toward the hypothesis of a missile. Having disappeared as an element of proof, this has now apparently resurfaced as a work of art. By breaking into the gallery with his immense missile-shaped prototype, De Broin makes fun of the hazardous logic underpinning the explanation of the Pentagon, insidiously identifying art with questionable inventions that threaten the political and social order.

Silent Screaming (2006), a bold work that is also part of the exhibition, alludes to the concepts of power and coercion. The apparatus is a sort of stifled circulatory device consisting of a glass jar hooked up to a vacuum pump. This encloses an alarm, muffling the insistent tapping of a tiny hammer on a metal disk and plunging the acoustic signal into silence. By a strange reversal, the alarm, which usually serves to announce an emergency situation, becomes an enemy to be fought, energy to be contained.

The Artist

Michel de Broin was born in Montreal in 1970. He holds a master’s degree in visual art from the Université du Québec à Montréal (1997). His work is distinguished by its great diversity, encompassing photography, video, drawing, sculpture, installation, kinetic devices and actions in public space. The artist uses all these to create images and objects that infiltrate and divert generally accepted formal and conceptual codes.

De Broin’s work has been featured in numerous one-person shows in Quebec, the rest of Canada and abroad. The venues include the Centre des arts actuels Skol (Montreal, 1999), the Villa Merkel in Esslingen (Germany, 2002), La Vitrine (Paris, 2003), BF-15 (Lyons, 2005) and the Künstlerhaus Bethanien (Berlin, 2006). De Broin has also taken part in many group exhibitions, such as Artefact, organized by Espace magazine (Montreal, 2001); La demeure, presented by the Centre Optica (Montreal, 2002); Damage Control, at the Museum of Contemporary Canadian Art (Toronto, 2003); the 11th Biennale of the Visual Arts in Pancevo (Serbia and Montenegro, 2004); Canada Dreaming (Wolfsburg, Germany, 2006); and SCAPE 2006, Biennial of Art in Public Space (Christchurch, New Zealand, 2006). The artist has, in addition, received a number of prestigious prizes incuding the Prix Reconnaissance UQAM in 2006, the Graff Prize in 2006, and the Pierre-Ayot Prize in 2002. He has created various public art pieces and done artist residencies in Germany, France and Switzerland. Michel de Broin lives and works in Montreal and Berlin. He is represented by the Galerie Pierre-François Ouellette art contemporain.

Supports

The Galerie de l’UQAM has received support from the Canada Council for the Arts and the Conseil des arts et des lettres du Québec.

The Publication

A bilingual publication accompanies the exhibition. Produced by the Galerie de l’UQAM and the Musée national des beaux-arts du Québec, this work deals not only with the artist’s recent work but with previous pieces as well, providing an opportunity to examine the full range of De Broin’s art and to see his main concerns in perspective. The essay is by Nathalie de Blois, while Dominique Mousseau did the graphic design. The book can be purchased at the Galerie de l’UQAM for $30.

Guillaume Labrie, Les envahisseurs de l’espace I, 2006. © Guillaume Labrie© Guillaume Labrie, Les envahisseurs de l’espace I, 2006. 

Guillaume La Brie. Les envahisseurs de l’espace II

Graduating master's student in visual and media arts, UQAM

 

October 19 to November 24, 2007
Opening: Thursday, October 18, 5:30 p.m.

 

[More information - French only]

La Galerie de l’UQAM présente, du 19 octobre au 24 novembre 2007, Les envahisseurs de l’espace II de Guillaume La Brie, une installation questionnant la relation qui existe entre le contenant architectural de la galerie et la perception que l’on a des objets qui y sont inclus.

C’est par l’élaboration de stratégies de mise en espace axées sur une contrainte physique entre l’espace et la sculpture que s’articule le travail de Guillaume La Brie. Celui-ci place certains éléments du quotidien dans un contexte qui est incompatible avec leurs formes ou leurs utilités, et l’essentiel de son travail consiste à transformer l’objet jusqu’à ce qu’il y ait compatibilité. La forme de ces sculptures est donc axée sur des critères d’efficience; elles sont le résultat formel d’un problème lié à leur positionnement dans l’espace.

L’exposition Les envahisseurs de l’espace II, présentée à la Galerie de l’UQAM, poursuit ce questionnement entamé il y a quelques années. Elle est basée sur une affirmation de départ extrêmement simple : si un objet occupe l’espace, il ne peut y en avoir un second au même endroit. L’artiste effectuera diverses transformations à l’espace blanc de la galerie à l’aide d’une série de modules géométriques empreints de formalisme qui seront fusionnés au lieu. Les murs et le plafond, qui habituellement délimitent l’espace, comporteront des protubérances et deviendront des objets envahissants. Les meubles à inclure dans cet environnement devenu impropre à leur intégration devront être transformés à leur tour pour épouser parfaitement les transformations apportées au lieu. Le parcours du regardeur sera soumis aux mêmes obstacles que les objets. Parsemées d’embûches, les déambulations des visiteurs seront, elles aussi, l’empreinte des configurations architecturales. Ils devront se pencher, passer dans des endroits restreints et contourner des modules, ce qui fera de la visite de cette exposition une expérience kinesthésique.

L’artiste

Guillaume La Brie vit et travaille à Montréal. Plusieurs fois appuyé par le Conseil des arts et des lettres du Québec et par le Conseil des Arts du Canada, ses œuvres ont été exposées au Centre des arts actuels Skol en 2003, à la galerie Circa en 2004, à la galerie Verticale en 2005 et à Axenéo7 en 2007. Il a aussi effectué des projets d’intervention au Chili et en Argentine, ainsi qu’une résidence au Hangar, à Barcelone en 2006. Il termine présentement une maîtrise à l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM.

2007_parametres_pExhibition view,
Paramètre 2007

Paramètre 2007

Students from the undergraduate program in visual and media arts, UQAM

 

December 7 to 15, 2007
Opening: Thursday, December 6, 5:30 pm

 

[More information - French only]

La Galerie de l’UQAM accueille l’édition 2007 de l’exposition étudiante Paramètre de l’École des arts visuels et médiatiques (EAVM). Une sélection de travaux étudiants, retenus par un jury composé d’enseignants de l’EAVM, y sera présentée.

Cette exposition se tient chaque année à la fin de la session d’automne pour souligner l’audace et la vivacité créatrice des étudiants ainsi que le professionnalisme auquel ils aspirent. L’École des arts visuels et médiatiques privilégie une formation pluridisciplinaire et Paramètre permet de témoigner de la richesse et de la diversité de ses programmes, ainsi que de la qualité des travaux réalisés par ses étudiantes et étudiants.

Les Bourses d’excellence de la Fondation McAbbie, le Prix d’excellence Autodesk et le Prix d’excellence Omer De Serres seront remis lors de la soirée du vernissage.



Canada Council for the Arts Canada Council for the Arts

GALERIE DE L’UQAM

Université du Québec à Montréal
1400, Rue Berri, Pavillon Judith-Jasmin, Local J-R 120
Montréal, Québec
Tuesday to Saturday from noon to 6 p.m.
Free admission